Krâ-Krâ

De retour de l’hôpital, mercredi, quelle ne fut pas ma surprise de voir notre voisin en train de jouer avec une pie. Bien sûr, mon affection pour les corvidés prenant le dessus, j’ai appelé la bestiole en faisant « kra-kra-kra » et elle a sautillé jusqu’à moi. Après avoir joué un moment avec mes clés, une fois le voisin parti, j’ai continué à parler à la « demoiselle » (les deux sexes étant semblables, impossible de savoir si c’est un jeune homme ou une jeune fille), et lui ai offert un petit morceau de jambon, qu’elle a mangé avec enthousiasme.

Quelques recherches plus tard, dans l’après-midi, j’ai mis une bassine d’eau à sa disposition, et elle est venue boire et s’y baigner avec grand plaisir. Visiblement, c’est une jeune pie en phase d’apprentissage au sol, et comme il n’y a que très peu d’eau disponible aux alentours (le Rieuberlou est presque à sec depuis des mois), c’est un élément vital pour sa survie.

Le lendemain, à mon retour de balade avec McClane, Dame Krâ-Krâ m’attendait sur la haie, et j’ai passé un petit moment à lui parler. Vendredi après-midi, je lui ai offert un os de poulet sur lequel il restait un peu de viande et elle l’a emporté, pour le ramener, parfaitement nettoyé, et le déposer entre les deux voitures. Ce que j’ai interprété comme « Si tu en as d’autres comme ça, je veux bien ».

Samedi matin, elle était sur le toit à 8h, et je lui ai donné un autre os (McClane n’a pas droit aux os). Même scénario, l’os nettoyé était de retour entre les voitures deux heures plus tard. L’après-midi, grande discussion avec la demoiselle, qui est venue se poser sur mon bras avant de prendre son bain dans la bassine.

Ce midi, comme elle tournait autour des mamans et enfants qui jouaient près de l’église (et qui n’appréciaient pas trop sa curiosité), je suis sortie pour montrer qu’elle n’est pas agressive. Elle est venue directement me voir dès qu’elle a repéré ma présence et a essayé de picorer mon pull et mes cheveux.

Je lui ai mis une boule de graisse à disposition et elle a un peu picoré, mais elle aurait préféré quelque chose de plus consistant. Je n’ai pas cédé, toutefois, car il faut qu’elle apprenne aussi à trouver et cacher sa nourriture. Par contre, j’ai réussi à lui caresser le bec.

Elle a aussi fait la connaissance de McClane, mais reste à distance raisonnable, comme elle le fait avec le chat du voisin. Enfin, quand je suis rentrée, elle est venue se poser sur le rebord de la fenêtre du salon et nous a espionnés un bon moment.

Je savais que les corvidés sont des oiseaux très intelligents, mais la vitesse à laquelle ils apprennent me surprend et m’émerveille, et je suis reconnaissante d’avoir enfin l’occasion de faire l’expérience magique qui m’est offerte. Il y a de fortes chances pour que de nombreuses photos et anecdotes viennent peupler ce blog (qui est resté en suspens très longtemps pour cause de distanciel, mais à présent que la rentrée en présentiel est passée et que je retrouve un rythme de croisière, les choses devraient s’arranger).

Publié dans Sorcière des Terres Rouges | Tagué , , | 2 commentaires

Pistes Généalogiques

Mon arbre progresse, au fur et à mesure de mes trouvailles. Petite animation des changements de ces dernières semaines.

Publié dans Sorcière des Terres Rouges | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Décryptage

Le prochain qui ose me dire que j’écris mal, je lui mets sous le nez quelques exemples de registres paroissiaux :p

L’an que dessus et le vingt-troisième jour du mois de Septembre j’ai baptisé un garçon de François Rivière et de Simone mariés, né le jour précédant on luy a donné le nom Jean pierre son parrain a été Jean pierre Rivière sa marreine Elizabeth Rivière V. Amans Vre.

L’an que dessus et le vingt-un d’octobre ayant fais la publication des bans du mariage entre Jean Tisseire fils de feu André de de Marie Duchan de cette parroisse d’une part, et Françoise Roget fille à Josephe et Marguerite Pose de la parroisse de Sougragnes d’autre part trois dimanches consécutifs, sans avoir decouvers aucune sorte d’empechement, le dernier des d. dimanches a été le 8eme du mois, pareilles publications ayant été faites par Mr Desgatts vicaire du d. Sougragnes commapers (?) de son certificat c’est pourquoy ayant interrogé les 2. parties l’une après l’autre, reçu leur mutuel consentement et celuy de Mr vicaire Pareiris les aÿ conjoints en mariage par paroles de presens et presentes de leurs plus proches parens, de Pierre Baron d’antoine Rousset su Sr Pierre Aldemr et de Joseph Rives pris pour temoins ensuitte j’aÿ celebré la Ste messe pendant la quelle je leur aÿ donné la benediction nuptiale enfoÿ de quoy V. Amans Vre.

L’an mil sept cens soixante douze et le vingt-six du mois d’octobre dans l’église de Fanjeaux après la publication des bans pendant trois dimanches consécutifs au prône de notre messe de parroisse sans qu’il nous ait apparu d’aucun empechement xxxxxxxxx conjoint en legitime mariage Pierre Marty brassier agé d’environ trente deux ans fils legitime de feus Jean Marty et de Marie Mans et de Margueritte Sanegre agée d’environ vingt un an fille legitime de Jacques Sanegre carretier de de feue Catherine Aurié de cette parroisse de xxxxxxxxx leur avons départi la benediction nuptiale xxxxxxxxx la solennité de la Ste messe selon les formalités xxxxxxxxx par la Ste église catholique apostolique et romaine xxxxxxxxx et selon les ordonnances xxxxxxxxx en presence d’Antoine Mmarty frère de l’époux de Jacques Sanegre père de l’épouse du sieur Guillaume Seris et du sieur Bertrand Mureau bourgeois qui ont signé avec nous. Les d. Antoine Marty et Jacques Sanegre ont dit ne savoir en fois de ce.

L’an mille sept cens sinquante sept et le huit du mois de fabrier nous Paul Massota sacristain curé de l’église parroissialle de la ville de Thouy avons assisté au mariage celebré en fasse de nostre sainte maire eglise entre François Camü fils des mariés defuncts Joseph Camü et Marie Busquet dune part et Marie Vincens fille du defunct Estève Vincens et de Margueritte Foltu son epouse vivente dautre part tous de la parroisse de Thouy ont acisté pour temoins au dit mariage le sieur François Costa Nadal apoticaire le sieur Joseph Druillet et Joseph Farran et Etienne Brial qui ont signé en foy de ce P.Massota sacristain curé.

Als vint des mes de fabrer del anÿ mil set cens seixante ÿ sinch jo baix firmat plote ÿ curat dela parroquial iglesia de Sct Perre dela vila de Toÿ fas fe comen les fonts baptismals de dita iglesia he batejat segons rito ÿ forma da Sancta Maria la iglesia catholica apostolica ÿ romana à Maria Francisca Victoria filla llegitima ÿ natural de Joan Volta bracer ÿ de Maria conjuges forenpadrins Joan Borrell bracer ÿ Maria Toran del lloch de puntelle los quals interpellats à firmar an dit no saber per los quals firmo ÿ del sobre dalt dit fas fe jo lo Rnd.

Publié dans Blablas Décousus | Tagué , | 3 commentaires

Généalogie, juin 2021

Faute de pouvoir faire grand-chose de plus, j’explore les registres d’état civil pour tenter de trouver d’autres ancêtres. C’est long, et les pistes que je remonte actuellement m’obligent à dépoussiérer mon catalan (et à faire de nouvelles découvertes consanguines), mais j’avance peu à peu.

Ajout 26/06 : Finalement, la piste consanguine s’avère être simplement un manque d’originalité dans les prénoms (il y a peut-être – sans doute- de la consanguinité plus haut dans l’arbre, car les patronymes et les villages sont les mêmes, mais pour l’instant, les dates permettent de trouver plusieurs Jean Pierre qui ont choisi de se marier avec plusieurs Anne).

Quelques ajouts (surtout des dates, qui ne sont pas lisibles sur l’image)

Publié dans Sorcière des Terres Rouges | Tagué , , , | 2 commentaires

Cassé…

Quelques nouvelles, pour maintenir un peu le blog en vie, malgré tout.

Je me suis cassé le bras droit le 25 mai (pile le jour où je reprenais enfin en présentiel, après de longs mois de visio et de corrections numériques)… bêtement, en sortant McClane (et non, ce n’est pas lui qui m’a fait tomber, je me suis juste emmêlé les pieds).

Bref, urgences à 22h, radio, chambre à 3h du matin, patienter à jeun jusqu’à 16h le lendemain pour qu’on me dise finalement qu’il me faudrait patienter encore un jour de plus, bavardages réguliers avec un couple de pies à l’extérieur chaque fois que c’était possible d’aller respirer dehors (je reparlerai de ces pies dans un futur article, quand le moment sera venu), opération le 27 après-midi, patienter encore jusqu’au vendredi 14h pour pouvoir rentrer chez moi avec du titane dans l’humérus.

Depuis, c’est le combat quotidien pour rétablir les connexions dans mon cerveau, afin de mettre à profit le fait qu’au début de ma vie, j’étais gauchère (connexions que mon arrière-grand-mère a fait passer à coups de canne). J’arrive à gérer la souris, je peux utiliser le clavier (mais ça prend du temps avec une seule main) et j’arrive à former des lettres lisibles, mais la précision manque (ça va pour la liste de courses et prendre quelques notes dans mon Bujo, mais c’est à peu près tout). J’arrive à faire des petites choses à l’aquarelle, heureusement (le truc salvateur pour ma santé mentale, pouvoir « créer » un minimum).

On m’a enlevé ce matin la majorité des agrafes (qui me rendaient dingue, parce que la cicatrisation démaaaaange !), et je commence à pouvoir bouger le bras (pas encore à décoller le coude du corps ou à ouvrir un bocal, mais au moins, j’ai réussi à « déverrouiller » mon épaule, qui n’en pouvait plus d’être immobilisée).

Je compte pouvoir recommencer à écrire/dessiner (en gardant l’avant-bras posé) assez rapidement, sans forcer bien sûr, mais j’ai besoin de récupérer un peu d’autonomie. Même si Zomme est aux petits soins, j’ai BESOIN d’être autonome (Sagittaire/Verseau, c’est compliqué de dépendre de quelqu’un, même de lui… là aussi, c’est ma santé mentale qui est en jeu). Et puis de toute façon, il va bien falloir, d’ici à début Septembre, que je puisse conduire (levier de vitesse et frein à main à droite) et écrire au tableau, donc pas le choix, faut que ça progresse.

Publié dans Blablas Décousus | 4 commentaires

Généalogie, épisode 328

J’ai replongé dans mon arbre, suite à une découverte via un des sites internet dont je me sers pour faire des liens avec les arbres d’autres personnes. Un petit tour par les archives numérisées pour trouver davantage d’infos et hop, un bond en avant sur la branche paternelle.

Du coup, j’ai mis à jour l’arbre « graphique », plus artistique que celui que mon logiciel de généalogie propose, et je me suis (un peu) pris la tête pour faire figurer les divers croisements de la branche aveyronnaise (consanguinité au fin fond de l’Aubrac du 16e siècle), en plus des nouveaux ajouts.

J’avais commencé cet arbre graphique il y a 3 ans, mais je n’avais pas eu la patience de mettre tous mes ancêtres dessus. Cette omission est réparée, et j’en suis ravie.

Quelques recherches plus tard…

Publié dans * Traces du Passé *, Sorcière des Terres Rouges | Tagué , | 2 commentaires

Autel 23 Cuithe

bouquet de genêt d’Espagne pour célébrer l’arrivée de la belle saison

Petit coup d’oeil sur mon autel post Bealtaine.

Publié dans Sorcière des Terres Rouges | Tagué , , | Laisser un commentaire