Sauge des Prés

Le genre Salvia est le plus grand de la famille des Lamiacées. De nombreuses espèces sont des plantes culinaires et ornementales. Le nom Salvia vient du latin salvare, qui signifie soigner.

La Sauge commune ou Sauge des prés (Salvia pratensis) est une plante herbacée vivace de la famille, originaire d’Europe de l’Ouest jusqu’aux Caucase (alors que la sauge officinale est originaire du pourtour méditerranéen).

Très rustique, c’est une habituée des fossés et des prairies en jachère qui supporte bien le soleil et les sols calcaires desséchants. Extrêmement florifère, robuste, économe en eau et résistante au froid, c’est une plante suffisamment vigoureuse pour résister à la concurrence des mauvaises herbes.

Son feuillage est semi-persistant, ses tiges feuillées formant des touffes qui peuvent couvrir jusqu’à 1m de diamètre.

Les feuilles sont ovales à oblongues, rugueuses, plissées, à bordures crénelées, principalement organisées en rosette basale, et opposées sur la tige. Elles sont d’un vert foncé un peu terne, velues, et recèlent une huile essentielle odorante, perceptible au froissement.

Elle produit de juin à août (moins longtemps en climat chaud) des inflorescences en épis multiflores.

Les fleurs bilabiées et allongées sont de couleur bleu foncé–violet, enserrées dans un calice violet. La lèvre supérieure est en forme de croissant et la lèvre inférieure est trilobée, avec un lobe central plus gros que les lobes latéraux.

Mellifères et nectarifères, les fleurs se renouvellent sans arrêt jusqu’à l’été et sont très prisées des papillons et des abeilles.

Usage Médicinal

Ses propriétés médicinales sont semblables à celles de la sauge officinale, avec une action un peu moins forte. Au Moyen-Age, on l’utilisait pour traiter les fièvres, les maladies du foie et l’épilepsie.

La sauge est digestive, apéritive, antispasmodique, antisudorale, et stomachique. Avant l’apparition des aérosols, les asthmatiques la fumaient en raison de ses vertus antispasmodiques et sédatives.

Il faut utiliser la plante sous forme séchée afin d’éviter toute risque avec la thuyone, qui est neurotoxique. D’autre part, fumer la plante fait entrer des composés qui ont une action puissante sur l’organisme à faible dose, il est donc conseillé d’être vigilant sur ce type d’utilisation.

Usage Magique
Associations : Masculin, Air/Terre, Jupiter.

La sauge donne de la force, du courage, et aide à se recentrer. Elle est très utile pour purifier un endroit de ses scories énergétiques et de tout ce qui est négatif. Elle est conseillée pour se protéger des mauvais sorts.

On peut aussi mettre des feuilles de sauge dans son porte-feuille pour attirer l’argent, ou les brûler pour accroître sa sagesse.

On l’utilise également pour la divination et l’inspiration.

Sources : wikipedia, luontoportti, promessedefleurs, herbalriot, witchipedia, alchemy-works

 

Publié dans Plantes | Tagué , , | Laisser un commentaire

Récolte 4 Eilmí

Taille et mise au séchage de ma sauge, du thym et du thym citron, pour utilisation future.

Publié dans Sorcière proto-celte | Tagué , , | Laisser un commentaire

Amarante

Les amarantes (Amaranthus) sont originaires des régions tempérées et tropicales. Le nom vient de amaranton, qui signifie “qui ne fane pas”, parce que les fleurs gardent leur forme et leur couleur en séchant.

Ce sont des plantes herbacées annuelles, dont certaines espèces sont cultivées comme plantes potagères (pour leurs feuilles et leurs graines) et ornementales. Quelques espèces sont considérées comme des mauvaises herbes.

L’amarante étalée (Amaranthus cruentus), ou amarante rouge, amarante paniculée, amarante sanglante (à gauche ci-contre), a été introduite en Europe au 16e siècle.

C’est une plante annuelle de 20 à 60cm, à tige dressée, anguleuse et peu rameuse.
Les feuilles peuvent être rouges ou vertes, elliptiques-oblongues, atténuées aux deux bouts.

L’inflorescence est grande et complexe, composée de nombreuses cymes disposées en grappes ou en épis axillaires et terminaux, de couleur rouge vif. Sa période de floraison s’étend de juillet à octobre. Les fleurs frottées produisent une teinture rouge. On la trouve dans les friches, décombres et sables des rivières.

L’amarante queue-de-renard ou amarante caudée (Amaranthus caudatus), à droite sur le dessin ci-dessus, est nommée Kiwicha en quechua (au Pérou). Elle aussi a été introduite en Europe au 16e siècle. C’est une plante annuelle qui atteint une hauteur de 50 à 100cm. Il s’agit d’une plante hermaphrodite que l’on trouve dans les friches et les habitats riches en azote et en chaleur puisqu’elle est nitrophile et thermophile.

Les tiges épaisses et rougeâtres, peu ramifiées, portent de larges feuilles molles, ovales à lancéolées, dont la couleur varie du vert clair au pourpre. Son inflorescence est composée de longs et fins épis terminaux retombants, formés de fleurs sans pétales, aux bractées de couleur pourpre. Sa floraison s’étend de juillet à septembre.

Usage Alimentaire
Cultivées à des fins alimentaires dans les Andes et dans les zones montagneuses d’Amérique centrale, on utilise leurs graines pour faire de la farine. La teneur en protéines du grain est très élevée et la répartition en acides aminés est optimale pour l’alimentation humaine. Les jeunes feuilles sont également utilisées comme légume dans diverses préparations.

Usage Médicinal
L’amarante est bénéfique pour les gens atteints d’hypertension et de maladies cardio-vasculaires. Consommée régulièrement, elle réduit les niveaux de cholestérol. C’est un antioxydant qui renforce le système immunitaire. Les graines sont riches en fibres, en fer et en magnésium. Dans les Andes, les fleurs sont utilisées pour traiter les douleurs dentaires et les fièvres, et comme colorant alimentaire.

Usage Magique
L’amarante était utilisée comme offrande rituelle en Amérique Centrale et en Amérique Latine.

Les Aztèques l’utilisaient pour honorer Huitzilopochtli, dieu de la guerre et du soleil (c’est lui, à droite).

Les conquérants espagnols, au Mexique, interdirent la culture de la plante à cause de ses liens avec des cultes païens.

Certaines légendes, selon laquelle la plante fut ramenée de l’Autre Monde, lui confèreraient la capacité d’aider les esprits à passer dans l’Autre Monde. Porter une couronne d’amarante aurait, en outre, des propriétés guérisseuses. Les Hopis et les Zuñis produisent une teinture à partir des fleurs, dont ils se servent pour colorer le pain cérémoniel.

Associée à Mars et à Saturne, c’est une plante que l’on peut utiliser pour l’attaque magique et la défense, mais aussi pour terminer, bannir, protéger et purifier.

Sources : wikipedia1, wikipedia2, salemsmoon, alchemy-works, healingherbinfo, witchypedia, herbalriot
Publié dans Plantes | Tagué , , | Laisser un commentaire

Oxalis

Le genre Oxalis (en français, terme masculin ou féminin) regroupe plusieurs espèces de plantes herbacées de la famille des Oxalidacées. Vivaces, basses, le plus souvent rampantes, leur nom vient du grec oxys, «aigu, acide», en référence à la saveur piquante des feuilles.
On reconnaît les oxalis à leurs feuilles trifoliées aux folioles en forme de cœur, qui, en général, se replient pendant la nuit. Les tiges des feuilles et des fleurs ont un goût acidulé caractéristique (il ne faut pas en abuser, la plante est légèrement toxique).
Les fleurs portent cinq pétales en forme de coupe, les couleurs variant selon les espèces. Les fruits sont des capsules.

Trois espèces communes :
* Oxalis acetosella, oxalis petite oseille ou pain de coucou, qui pousse dans les bois ombragés, et porte une seule fleur par pédoncule, blanche veinée de mauve.
* Oxalis corniculata, oxalis corniculée, qui porte une ou deux petites fleurs jaunes par pédoncule.
* Oxalis articulata, oxalis articulée, dont les fleurs en fascicule ombelliforme sont de couleur rose. Fréquent dans les jardins, cet oxalis est devenu sauvage, poussant au bord des chemins.

L’oxalis articulé est originaire d’Amérique du Sud, mais il s’est naturalisé dans de nombreux pays : Turquie, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande, Irlande, Royaume-Uni, Portugal, Espagne. En France, il est fréquent  en Bretagne et dans le Sud-Ouest, où il pousse dans les friches ouvertes.

C’est une petite plante assez envahissante, qui est entrée dans les jardins il y a plus d’un siècle pour garnir les rocailles ou constituer rapidement des bordures fleuries. C’est une herbe pérenne, sans tige, portant un rhizome tubérisé de 15cm de long sur 2,5mm de diamètre. De nombreuses feuilles émergent du sol, en rosette. À l’extrémité d’un long pétiole grêle, perpendiculai-rement, s’étalent 3 folioles vert pâle, en forme de cœur. La face inférieure des folioles porte généralement des granulations orangées. Lors d’une journée sans soleil, on peut voir les folioles se plier en deux, le long du pétiole. Le feuillage disparaît à l’arrivée de l’hiver.

L’inflorescence en cyme ombelliforme comporte de 3 à 30 fleurs, chacune sur un pédicelle rose de 10−30cm. Les 5 sépales verts de 3−5mm entourent les 5 pétales rose vif, en forme de coeur, soudés à la base et parfois parcourus de stries foncées.
La fleur s’ouvre au soleil et se referme toujours la nuit, ou lorsque le temps est trop sombre. Elle est fréquemment visitée par des abeilles et autres insectes friands de nectar. La floraison a généralement lieu d’avril à juin.

Les botanistes l’appellent « articulata » parce que les fleurs et les feuilles ont la faculté de changer de position en fonction de l’ensoleillement. L’oxalis articulé supporte très bien la chaleur et nécessite peu d’arrosage : la plante va sécher en été, avec une seconde floraison dès les premières pluies d’automne. Il est indispensable de respecter sa période de repos hivernal.
Elle fait partie des plantes utilisées en permaculture, car elle maintient la fraîcheur au pied des plantations sans appauvrir les sols.

Oxalis articulata est une plante comestible (feuilles, fleurs et rhizome), mais elle est à consommer avec modération à cause de l’acide oxalique qu’elle contient.

Usage Médicinal Selon la doctrine des signatures, la forme en coeur de ses feuilles les destinerait à être un remède pour le coeur. Toutefois, l’acide oxalique provoque des irritations locales importantes, des troubles de la circulation sanguine et des dommages rénaux. Par ailleurs, à cause de sa capacité à se lier à certains minéraux (calcium, fer, sodium, potassium et magnésium), l’acide oxalique peut provoquer des carences alimentaires.

Usages Magiques : L’oxalis est associé à Vénus et à la Terre. C’est une plante douce qui peut aider à ramener l’équilibre dans votre vie. Associée au Petit Peuple, c’est une alliée de la guérison physique et spirituelle, qui apporte la joie et la tendresse.

Proche du sol et parce qu’elle étend ses racines dans son territoire, elle est utile pour les sorts qui concernent le foyer, la famille et le bien-être.
Les feuilles et les fleurs se ferment la nuit, encourageant un sommeil réparateur. Placer un verre d’eau contenant fleurs et feuilles près du lit accélèrera la guérison. Les feuilles séchées et broyées peuvent être répandues dans la maison pour apporter à la famille affection et plaisir d’être ensemble.

Sources : wikipedia1wikipedia2, gerbeaud, magickalgardens, bulledemanou, gardensablaze, magic-spells-and-potions, thewhitegoddess

C’est une plante que j’aime depuis toujours, qui me donne systématiquement le sourire. Même si je pense que c’est lié au fait qu’il y en a toujours eu dans le jardin de ma grand-mère maternelle et dans celui de Maman, je ne suis pas du tout surprise de constater qu’elle « apporte la joie et la tendresse » : c’est exactement le ressenti que j’en ai ! Voir ses petites fleurs roses me fait le même effet que voir un chaton en train de téter sa mère .

 

Publié dans Plantes | Tagué , , | Laisser un commentaire

Simplement Lá Lúnasa

J’ai fait au plus simple, pour cause de canicule, et j’ai été récompensée par l’orage (bon, ok, je savais qu’il y avait de grandes chances pour que ça se produise, mais quelque part, je ne savais pas exactement à quelle heure le gros badaboum arriverait ^^).

O Lugh au long bras
Aux multiples talents
Seigneur de l’éclair
Faucon de l’été
Merci pour cet orage

Publié dans Saisons et Lunaisons | Tagué , , , | 1 commentaire

Lois Magiques

(un p’tit schéma ?)

L’humain aimant la logique et les choses qui ne changent pas, les scientifiques se sont donc toujours efforcés de découvrir des constantes dans leur exploration de l’univers matériel, des principes immuables qui permettraient de le comprendre. Qu’il s’agisse de la poussée d’Archimède, des lois de Kepler ou de la loi de la gravitation de Newton, ces lois sont considérées comme toujours vraies (du moins jusqu’à ce qu’une nouvelle découverte scientifique ne vienne en repousser les limites).

Il en va de même pour l’univers subtil, non-matériel, même s’il est moins facilement observable (forcément…), et les ésotéristes et occultistes ont cherché à définir les lois (ou axiomes, ou principes) qui régissent cet univers subtil. Les lois magiques les plus communément citées trouvent leur origine dans les 7 principes hermétiques exposés dans Le Kybalion, un livre ésotérique qui serait basé sur les enseignements d’Hermès Trismégiste. (Je mets en italiques les extraits du Kybalion… Prenez un café, installez-vous, c’est long et pas toujours simple )

«Les principes de la vérité sont au nombre de sept; celui qui les connaît et qui les comprend possède la clef magique qui ouvrira toutes les Portes du Temple avant même de les toucher».

1- ESPRIT «Le Tout est Esprit, l’Univers est Mental».
La Réalité Substantielle se trouvant dans toutes les manifestations et les apparences extérieures que nous connaissons sous le nom « d’Univers Matériel », « Phénomène de la Vie », « Matière », « Énergie », et en un mot tout ce qui est apparent (à nos sens matériels) est Esprit lequel, en lui-même, est inconnaissable et indéfinissable, mais qui peut être considéré et pensé comme un Esprit Universel, Infini, Vivant. [Ce Principe] explique encore que le monde ou l’univers « phénoménal » n’est qu’une simple Création Mentale du Tout sujette aux Lois des Choses Créées; que l’univers considéré dans son entier ou dans ses parties, existe dans l’Esprit du Tout, que c’est dans cet Esprit que nous vivons, que nous agissons et que nous sommes nous-mêmes ».
Selon ce principe, tout ce que nous voyons, chaque manifestation présente dans l’Univers physique provient de l’Esprit du Tout. Ce Tout, que l’on peut aussi appeler Nature, Substance, Principe Créateur, n’est certainement pas un être supérieur détaché de la matière (puisque la matière, entre autres, est une manifestation de son Esprit et fait donc partie du Tout). Ce n’est pas non plus le Grand Architecte de l’Univers ni l’Univers lui-même, mais Tout. Tenter de donner une forme au Tout, comme tenter de définir l’infini, est impossible. L’Univers, les Dieux, la matière font partie du Tout.

2- CORRESPONDANCE/ASSOCIATION «Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas, ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut».
Il y a toujours une correspondance entre les phénomènes des divers plans d’existence. Il existe des plans de vie que nous ignorons complètement; mais quand nous leur appliquons le Principe de Correspondance, nous devenons capables de comprendre plus loin qu’il ne nous aurait été possible de le faire autrement. Il se manifeste et s’applique partout dans l’univers, sur les divers plans de l’univers matériel, mental et spirituel; la connaissance du Principe de Correspondance permet à l’homme de déduire intelligemment l’Inconnu du Connu.
La physique moderne confirme que toute particule de matière (microcosme) contient l’essence de l’Univers (macrocosme). L’infiniment petit reflète l’infiniment grand, et vice-versa. Tout est imbriqué et interconnecté. Ce que nous modifions en nous impacte l’Univers entier. De même, les changements au niveau du Cosmos nous influencent directement.

3- VIBRATION/MOUVEMENT «Rien ne repose; tout remue; tout vibre».
Depuis le Tout, qui est l’Esprit Pur, jusqu’aux formes les plus grossières de la matière, tout vibre; plus grande est la vibration, plus haute est la position sur l’échelle. La vibration de l’Esprit est tellement intense et si infiniment rapide qu’elle est pratiquement en repos, de même qu’une roue qui tourne avec une grande rapidité paraît arrêtée. A l’autre extrémité de l’échelle il y a les formes grossières de la matière dont les vibrations sont si lentes qu’elles paraissent ne pas exister. Entre ces deux pôles opposés, il y a des millions et des millions de degrés différents de vibrations.
Tout est en mouvement dans l’Univers. La matière n’est pas passive et inerte, comme elle peut le sembler au niveau matériel. D’après les scientifiques, la matière et l’énergie ne font pas qu’effectuer un mouvement vibratoire, elles sont ce mouvement vibratoire. L’objet physique imprime son énergie unique dans le champ qui l’entoure, par conséquent aucun événement n’est perdu dans l’Univers, les vibrations émises sont éternelles. Puisque tout est énergie et que l’énergie vibre constamment, rien n’est statique. Nous envoyons tous des messages et des informations par l’énergie qui irradie de nous, qui affectent les autres et influencent les situations.

4-POLARITÉ «Tout est Double ; toute chose possède des pôles; tout a deux extrêmes; semblable et dissemblable ont la même signification; les pôles opposés ont une nature identique mais des degrés différents; les extrêmes se touchent; toutes les vérités ne sont que des demi-vérités; tous les paradoxes peuvent être conciliés.».
Les « contraires » ne sont en réalité que les deux extrêmes du même objet entre lesquels sont intercalés des degrés différents. Par exemple : le chaud et le froid bien « qu’opposés » sont en réalité une seule et même chose; ils se distinguent simplement par une différence de degrés.
Tout peut être divisé en deux caractéristiques opposées mais indissociables, chacune contenant l’essence de l’autre. Lumière et Obscurité, Facile et Difficile, Positif et Négatif, Haine et Amour, Bien et Mal ne sont que des pôles d’une même chose. L’hermétisme, tout comme la magie permettent de transformer le Moins en Plus, en modifiant le degré de polarité d’une chose.

5-RYTHME «Tout s’écoule, au-dedans et au-dehors; toute chose a sa durée; tout évolue puis dégénère; le balancement du pendule se manifeste dans tout; la mesure de son oscillation à droite est semblable à la mesure de son oscillation à gauche; le rythme est constant».
Il se manifeste dans toute chose un mouvement pareil à celui d’un pendule, quelque chose de semblable à la marée montante et descendante; ce mouvement se produit entre les deux pôles. Les hermétistes ne peuvent annuler le Principe ni arrêter son cours, mais ils ont appris à l’utiliser, au lieu d’être utilisés par lui.
Ce principe indique que tout cycle atteindra son terme, que « la Roue tournera », le rythme création-destruction étant l’essence même de la réalité. Sans cela, il ne pourrait y avoir d’équilibre dans l’Univers. En apprenant à reconnaître le point d’équilibre entre les deux pôles, il est possible d’aller dans le sens du balancier plutôt que de chercher à le contrer.

6-CAUSALITÉ/CAUSE À EFFET «Toute Cause a son Effet; tout Effet a sa Cause; tout arrive conformément à la Loi; la Chance n’est qu’un nom donné à la Loi méconnue; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien n’échappe à la Loi».
Rien dans notre Univers n’est le fruit du hasard, puisque tout événement est lié à un événement qui vient avant lui et à un autre qui vient après. L’Univers est donc un réseau compliqué de relations entre les diverses parties du tout, chacune interagissant avec les autres. Ce qui arrive de l’autre côté du globe nous affecte, et nos actions ont des répercussions cosmiques.

7-GENRE «Tout a ses Principes Masculin et Féminin; le Genre se manifeste sur tous les plans».
Dans toute chose et tout être, il y a une énergie réceptive (femelle) et une énergie projective (mâle), les deux principes agissant toujours dans le but de créer. Chaque être/chose est, par là même, entier, complet et parfait, quel que soit le genre dominant qu’il porte au niveau matériel.

À ces lois/principes hermétiques parfois assez complexes, il convient d’ajouter les lois de la magie sympathique (mimétique), décrites par Tylor, Frazer  et Mauss comme formant les principes de la pensée magique dans les cultures dites «primitives».

CONTAGION / EMPREINTE «Les Choses en contact sont ou restent unies».
Chaque partie d’une entité conserve une association avec cette entité, la séparation n’interrompant pas la continuité. La partie représente l’entité entière, de telle sorte que, par son intermédiaire, on peut agir directement sur l’entité. Ainsi, la salive, la sueur, les ongles, les cheveux représentent intégralement la personne. De même, les objets qui ont été en contact physique pendant un certain temps (les vêtements, l’empreinte des pas, celle du corps sur l’herbe ou dans le lit, les objets dont on se sort habituellement) continuent d’interagir après leur séparation.

SIMILARITÉ «Le Semblable produit le Semblable; le Contraire agit sur le Contraire».
Les choses qui se ressemblent peuvent être considérés comme étant semblables. L’image est à la chose ce que la partie est au tout. La notion d’image devient, en s’élargissant, celle de symbole. Par exemple, la pluie est appelée en aspergeant la terre d’eau (ou en lavant votre voiture, sur le même principe !)

Autres Lois
CONNAISSANCE  «La Compréhension donne le Contrôle». Plus on sait de choses sur un objet ou un être, mieux on peut le comprendre et donc, le contrôler. De la même façon, plus on sait de choses sur soi-même, mieux on peut se contrôler.

NOM  «Si je connais ton vrai Nom, je peux te contrôler».
Corollaire de la Loi de Contagion, en considérant que le nom d’une entité fait partie intégrante de cette entité, et de la Loi de Connaissance ci-dessus. Connaître le nom d’une chose ou d’une entité vous donne la clef de sa nature. C’est la raison pour laquelle, dans les sociétés secrètes, la sorcellerie, ou certaines cultures, les gens ont un « nom secret » en plus de leur « nom public ».

SYNCHRONICITÉ
«Deux Événements arrivant en même temps ont davantage en commun que l’aspect temporel. Très peu d’Événements surviennent sans lien avec d’autres. Il n’y a pas de pure Coïncidence».
Certains interprètent les synchronicités comme un dialogue entre l’observateur et la conscience de l’Univers. Le terme de synchronicité a été inventé par Jung pour décrire les coïncidences signifiantes qui ne peuvent pas être expliquées par la causalité. Selon lui, les archétypes, situés à la lisière de l’esprit et de la matière, utilisent les synchronicités comme un miroir entre l’observateur et l’événement extérieur.

PERSONNIFICATION «Tout peut être personnifié».
Cette loi est le principe selon lequel des personnages fictifs peuvent devenir manifestes et être invoqués en magie si, sur la durée, suffisamment de personnes considèrent ce personnage comme une entité à part entière. C’est ainsi que Squat, le ‘Dieu’ de la place de parking, pourra aisément vous aider si vous faites appel à lui !

EFFET PERVERS «Si quelque chose peut tourner mal, ça arrivera».
Même si rien ne peut, théoriquement, aller de travers, un élément peut changer de sorte que les choses tournent mal malgré tout. Que cela nous plaise ou non, ☐les Dieux ☐le Destin ☐l’Univers ☐les énergies ☐le Grand Schtroumpf (cochez la case qui vous convient) sont/est joueur/s, bien souvent à nos dépens. A rapprocher de la Loi de Murphy  «S’il y a plus d’une façon de faire quelque chose, et que l’une d’elles conduit à un désastre, alors il y aura quelqu’un pour le faire de cette façon», et du Corollaire de Finagle  «Tout ce qui peut aller mal le fera au pire moment».

A l’origine publié  ici, le 13/04/08 sous le pseudo Nightwind, et complété pour ce blog.
Publié dans Sorcière proto-celte | Tagué | Laisser un commentaire

Magie, Responsabilité et Sacrifices

L’article précédent m’a donné envie de revenir en arrière sur ce que j’ai pu publier il y a dix ans, histoire de voir le chemin parcouru.

Je suis donc retournée sur mes anciens blogs et j’y ai récupéré quelques textes que je vais recycler ici.

Il y a eu un peu de tri à faire, pas mal de choses n’étant plus, pour moi, utiles (il y a 10 ans, j’étais encore wiccane), mais il reste un certain nombre d’informations, notamment sur la magie, qui sont toujours valides.

Responsabilité

Même quand nos intentions sont louables lorsque nous souhaitons agir magiquement pour aider une personne, il est indispensable de s’interroger sur le bien-fondé d’une éventuelle action. Certaines épreuves et erreurs sont en effet nécessaires pour apprendre et évoluer.
Prenons un exemple simple : un ami se trouve dans une situation difficile, déprimé, au bord du gouffre, et m’appelle à l’aide. Ma première réaction sera bien entendu de vouloir lui tendre une main secourable, de l’écouter, de le conseiller, et peut-être d’utiliser la magie pour l’aider. Mais avant toute action magique, je dois d’abord savoir ce qui a causé la situation, et réfléchir à l’utilité de mon action :
– S’agit-il d’un « coup du sort » ou d’une erreur de jugement ?
– Mon aide va-t-elle simplement le sortir des ennuis qu’il rencontre, ou va-t-elle lui apprendre à ne pas refaire les mêmes erreurs ni retomber dans les mêmes pièges ?
– Mon aide va-t-elle guérir les « symptômes » ou éliminer réellement la « maladie » ? Va-t-elle agir sur les conséquences ou sur les causes ?

Agir sur le destin d’une personne n’est jamais anodin, même avec les meilleures intentions du monde. Il ne s’agit pas de faire l’autruche et d’attendre que ça passe, mais simplement de mesurer la portée de nos actes, et de les assumer.

On lit/entend souvent que « le bien que je fais ou le mal que je fais me sont retournés« . Ce genre de maxime est surtout là pour servir de garde-fou aux magiciens débutants, pour leur rappeler qu’on ne fait pas de la magie comme on envoie des SMS. En réalité, ce n’est pas aussi simple, et on peut aussi bien subir des retours déplaisants pour des actes magiques bénéfiques que des retours agréables pour des sorts peu sympathiques. Parce que, de la même manière que des ondes se créent lorsqu’on jette un caillou dans l’eau, des perturbations énergétiques se produisent lorsqu’on effectue un acte magique, et si on évalue mal le lancer du caillou, on sera éclaboussé… et l’eau ne sera pas toujours claire !

Certains essaient de se décharger de leur responsabilité en demandant à une divinité de servir d’intermédiaire : « si ça ne marche pas, c’est parce que la divinité a autre chose à faire, si ça tourne mal, c’est parce que la divinité n’a pas bien fait son boulot »… Malheureusement pour eux, cette tentative d’échapper à leurs responsabilités ne fonctionnera pas longtemps. D’abord parce que la magie n’a pas de rapport direct avec les Dieux. Que l’on fasse appel à une divinité ou pas, on est seul responsable de l’acte magique que l’on choisit de faire. La divinité peut, éventuellement, apporter un soutien et faire pencher la balance, mais c’est le mage qui agit sur les énergies subtiles, et c’est donc lui/elle qui subira les effets secondaires du sort. Et puis, n’oublions pas que les Dieux sont joueurs, surtout avec les humains qui essaient de tricher ! Le meilleur moyen de se retrouver face à des conséquences désastreuses, c’est précisément de faire appel à une divinité en espérant qu’elle endossera la responsabilité de l’acte que l’on accomplit.

Sacrifices

NB : je ne parle pas ici des offrandes. Il est clair qu’on ne peut recevoir sans donner, et que pour toute prière exaucée et tout sort réussi, il faut offrir quelque chose en échange. Le terme « sacrifices » est employé ici au sens profane (c’est pour ça que je le mets au pluriel) : ce qu’on est prêt/e à abandonner pour obtenir un résultat.

Quel que soit le changement qu’on désire obtenir par la magie, il faut faire de la place pour l’accueillir : si on veut être en meilleure santé, il ne suffit pas de s’asseoir devant une bougie et de se remplir de sa lumière, il faut aussi faire de vrais changements dans sa vie réelle. La vie ne se passe pas uniquement sur le plan astral; la magie non plus. Il est nécessaire de montrer aux divinités/énergies/esprits auxquels on fait appel qu’on est prêt/e à accomplir les sacrifices nécessaires, et à accepter les conséquences des changements demandés.
Mais au-delà de ça, même la plus bienveillante, la plus désintéressée, la plus altruiste des magies a un prix. On ne joue pas impunément avec les énergies qui nous entourent. Quel que soit le but de l’acte magique qu’on va effectuer, il faut penser qu’il y aura un prix, que nous ne pouvons pas estimer car nous ne sommes pas en mesure, petits humains que nous sommes, de juger pleinement de l’impact de nos actions sur la trame de l’univers. Alors avant d’agir, mieux vaut se demander : suis-je prêt/e à accepter le prix de cet acte, à en assumer toutes les conséquences (sur moi, sur ma santé, sur mon bien-être) ?

Recyclage de deux anciens articles : 1) Responsabilité et Don de soi publié ici le 13/12/08 sous le pseudo NightWind (à l’origine publié le 13/01/07 et le 02/08/07, sous le pseudo Moonstonekat) – 2) Magie et Sacrifice publié ici le 04/11/08 sous le pseudo NightWind
Publié dans Pensées diverses | Tagué | Laisser un commentaire