Cuithe, Magie Florale

2 Cuithe, 18 Avril
boutons floraux de jasmin
lavande stoechas
première fleur de thym

3 Cuithe
ancolie

7 Cuithe
les abeilles en profitent

11 Cuithe
la toute première fleur de jasmin
et le thym

12 Cuithe
Bealtaine is coming ^^

Publicités
Publié dans Sorcière proto-celte | Laisser un commentaire

La Grande Reine

J’ai ajouté l’image sur la page du Grimoire créatif, mais cette double page mérite bien son article…

La partie de droite, à l’aquarelle, est inspirée d’une image trouvée sur la toile, adaptée à ma sauce pour se rapprocher de mon expérience de la Grande Reine (notamment, même si ce n’est pas super bien rendu, les lames attachées aux extrémités des longues tresses… Déesse guerrière jusqu’au bout des cheveux).

Je suis assez satisfaite du « bouclier » en alu embossé (sur une vieille broche), mais beaucoup moins satisfaite de la partie écrite (peut mieux faire…)

Publié dans Sorcière proto-celte | Tagué , , | Laisser un commentaire

Première Page

Parce que tout « Grimoire » commence par une page de bénédiction et de protection… même si c’est un journal créatif.

Papier de riz, aquarelle et feutres, pour un effet parchemin (avec un échantillon de mon écriture bizarre en miroir, quelques symboles perso, un peu de Gaeilge, entre autres).
(et non, je ne traduirai rien ^^ mais je ne conseille à personne de voler le livre…)

Publié dans Sorcière proto-celte | Tagué | 4 commentaires

Préparation Witchy Art Journal

Depuis que j’ai goûté au journal créatif, il y a une petite voix dans ma tête (peut-être que la codéine ingurgitée depuis une semaine y est pour quelque chose) qui me chuchote « et si tu faisais une sorte de grimoire comme ça ? ». J’admets que l’idée est plaisante, parce que jusqu’à présent, mes grimoires « à la main » ont été abandonnés en cours de route. Or le principe du journal créatif, qui permet de laisser libre cours à la graine d’artiste qui sommeille en moi, me convient parfaitement, puisqu’il n’y a pas de règle autre que de poser sur la page ce que l’inspiration peut inventer (et pour une allergique au conformisme, c’est plutôt pas mal).

Puisque je suis coincée (à tous les sens du terme) à la maison, me voici donc partie à détourner un livre d’astrologie que j’avais en double (cadeaux du paternel, comme quoi l’imagination n’est pas génétique) pour en faire un art journal de toutes façons, et très probablement un Witchy Art Journal (parce que ce que j’ai gardé du titre sur la couverture s’y prête).

Quelques photos de la transformation en cours (ça peut vous donner des idées pour vos grimoires).

Couverture (non terminée, il y aura des ajouts, mais il faut que j’attende que le séchage soit parfait) : peinture acrylique, carton ondulé, papier autocollant, fleurs en dentelle, gaze, stickers en relief, napperon en papier, vernis à ongles, cabochon oeil de chat, paillettes (j’assume)… pour le moment.

Quant aux pages, j’en ai enlevé quelques-unes (nécessaire pour accueillir les divers collages) et je suis en train de les rendre « neutres » (je garde visibles certaines illustrations que j’aime bien), soit en les recouvrant de peinture, soit en collant du papier dessus (papier blanc, kraft, papier de riz, papier créatif ou images imprimées trouvées dans des magazines zen), soit en appliquant du gesso (peinture blanche ou noire mate). La colle et la peinture détendent les fibres du papier, ce qui donne aux pages un aspect gondolé-froissé qui me plaît.

papier de riz sur papier blanc
papier imprimé Halloween (pas pu résister)
gesso noir et papier de riz
gesso blanc tamponné et papier de riz pour couvrir partiellement une illustration
papier kraft

J’ai fait 15 doubles pages sur les 58 à rendre neutres, et le séchage prend un peu de temps, surtout quand il y a du gesso. Je ne vais pas vous montrer le reste de la préparation, mais promis, lorsque j’attaquerai l’écriture-décoration des pages, je mettrai des photos.

 

Publié dans Sorcière proto-celte | Tagué , , | 5 commentaires

13 Naghaid = Neige

Les Terres Rouges sont devenues blanches (ce n’était pas arrivé depuis 2013 alors photos !)

A 10h, une heure après les premiers flocons:

Une heure plus tard :

Deux heures plus tard (13h)

Et donc, balade.
Le mimosa ploie sous le poids de la neige, mais c’est beau…
La p’tite maison dans la prairie enneigée.
l’église du village n’en revient pas !
les roses toutes neuves apprécient beaucoup moins que mon appareil photo.
le cognassier du Japon se prend pour du houx.
le chemin derrière l’église
paysage blanc (qui risque de devenir une aquarelle)
un engin extra-terrestre ? non, juste des pierres.
coup d’oeil sur le Travers et la colline de Sarreclou
un cèdre…
… qui joue les sapins de Noyel le 28 février
les fleurs d’amandier ont de la concurrence.
Sarreclou encore
et un autre cognassier du Japon
des pas dans la poudreuse
les inules fanées ont repris de la couleur
et les carottes sauvages se déguisent en fleurs de coton
une autre future aquarelle ?

Et bien entendu, un certain McClane Bibou des Terres Rouges n’a pas été en reste… c’est -> par là

Publié dans Les Terres Rouges | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Bousculer la Muse

Puisque ça fait plusieurs mois que la Muse est partie je ne sais où, j’ai décidé de démarrer un « art journal » (en fait, c’est la suite à peu près logique du bullet journal et de ma redécouverte du zentangle).

J’ai donc bidouillé un carnet que j’avais où il restait des pages, remplacé celles que j’ai enlevées par du papier aquarelle (comme ça, c’est moitié papier aquarelle, moitié papier 90g ligné), commencé à arranger le tout et hop, j’ai attaqué tout de suite (non mais des fois, elle va voir de quel bois je me chauffe, la Muse!).

Histoire de bien envoyer bouler la logique, j’ai démarré au milieu (sur la première page lignée, en fait, à droite sur la photo) avec une citation. J’ai ressorti mes tubes d’aquarelle pour mettre un peu de couleur, et ajouté des zigouigouis « tangle » au feutre noir.

Puis, comme le fait de replonger le pinceau dans l’aquarelle m’a donné envie d’en faire plus, j’ai fait des fonds sur le papier aquarelle (un sur la page de gauche, et deux autres plantés au hasard). Petite photo des deux fonds aquarelle en attente (projections wet-on-wet et tamponnage au mouchoir en papier pour donner un peu d’effet… texture-addict^^)

Le temps que tout ça sèche, j’ai pris le magazine de jardinage qui traînait sur mon bureau (celui avec le calendrier lunaire, puisque j’ai collé la page de Mars dans mon BJ), mes ciseaux, et en avant pour quelques découpages. Je suis tombée en amour avec la photo de la digitale, et  je l’ai donc collée à gauche de ma citation. Après quelques recherches, feutre en main, je me suis amusée en m’inspirant d’une photo vue sur (ce tourbillon spatio-temporel qu’est) Pinterest.

Pour finir, je suis revenue du côté ligné pour coller deux zimages (découpées dans le même magazine de jardinage), barbouiller le tout d’aquarelle (ce qui m’a permis de découvrir que le papier ligné supporte à peu près l’eau, mais que le feutre qui est derrière apprécie beaucoup moins… cerveau en vacances = zéro réflexion, j’te jure!) et coller des morceaux de washi tape. Ça sent le texte païen, ça aussi. Mais après tout, autant tenter de bousculer la Muse avec des choses qui me parlent, et joindre l’agréable à… l’agréable.

Ajout 26/02 parce qu’il faut battre le pinceau tant qu’il est mouillé… (oui, j’ai des proverbes bizarres, et alors ?) : ma double page Lune avec collages papier et textile, feutre lavé et correcteur blanc (le truc que j’interdis à mes élèves de 6e, ha ha… ).

Publié dans Sorcière proto-celte | Tagué , , | 2 commentaires

Naghaid – Anagantios

Dans mon calendrier, la lunaison qui a débuté le 16 février est Naghaid, dont le nom partage les mêmes racines que le Anagantios du calendrier de Coligny. Étymologiquement parlant, ce serait le mois « où on ne voyage pas » (an-, préfixe privatif + *agant– racine dérivée de *ag– « aller, conduire », comme en gallois â « il va », ânt « ils vont » et en irlandais ancien aigid « il conduit » ; littéralement anagant donnerait « ne pas aller »), le mois où on reste chez soi.

Selon les noms des lunaisons que l’on peut trouver sur la toile, Février et/ou Mars sont parfois appelés « Lune des Tempêtes » (Storm Moon). J’ai conservé cette appellation, car je trouve qu’elle correspond plutôt bien à la lunaison en question. Même ici, dans le « Grand Sud » de la France, il n’est pas rare que l’hiver vienne jouer de vilains tours aux plantes qui se croyaient déjà au printemps.

Et quand je regarde les prévisions pour cette semaine et celle qui suit, je me dis qu’en effet, cette lunaison est bien celle où il ne faut pas crier victoire trop tôt ! L’hiver est encore là, et peut à tout moment nous le rappeler…

Spirituellement, la lunaison de Naghaid s’axe sur la conservation de l’énergie, la protection et la résolution des problèmes personnels, mais aussi sur la conception de nouveaux projets et à leur mise en route prudente.

Cette année (toujours dans mon calendrier personnel), Naghaid a débuté avec la conjonction Soleil-Lune (Nouvelle Lune) en fin du Verseau. La Pleine Lune (2 mars) aura lieu avec Lune en Vierge et Soleil en Poissons (opposition), et la fin de la lunaison (17 mars) se fera avec la conjonction Soleil-Lune en fin du signe des Poissons.

Un petit tour du côté de l’astrologie ? La Nouvelle Lune en Verseau fait ressentir le besoin de résoudre ses « affaires non classées » en vue d’un nouveau départ, d’un futur plus objectif. La Pleine Lune en Vierge pourra être marquée par la fin d’une illusion ou d’un mensonge, de toutes façons un éclaircissement. Mais il faudra faire attention aux émotions négatives et mauvaises habitudes. Quant à la Nouvelle Lune en Poissons, elle amène la possibilité d’une plus grande compassion, d’une meilleure connexion spirituelle, d’un travail de guérison facilité. Comme il s’agit d’une fin de cycle (le signe des Poissons est le dernier du zodiaque et de l’hiver), la période est propice au nettoyage et au lâcher-prise.

Ça me parle très fort du côté personnel, avec l’affaire non classée qui a éclaté au grand jour dimanche (maintenant que j’ai regardé du côté du ciel, je comprends mieux pourquoi mon ascendant Verseau a -enfin- franchi le point de non-retour et éprouvé le besoin de mettre à plat un certain nombre de choses dans une lettre à mon paternel Vierge ascendant Lion, dis donc ! mais naaaan, c’est des c*nneries, l’astrologie…). Bref.

Voili-voilou, si ça peut vous donner quelques pistes de réflexion pour cette lunaison, tant mieux. (Pas sûre d’avoir le temps de faire ce genre de topo pour chaque lunaison, mais puisque je suis en vacances, n’est-ce pas…)

Publié dans Saisons et Lunaisons | Tagué , , , , | 2 commentaires