Geamhain – Travail avec le Dagda

Geamhain 28

Cette lunaison m’a permis de travailler un peu plus précisément avec le Dagda, qui m’a poussée à me lancer dans la quête physique des oghams. Au fil de mes promenades à la recherche des arbres, au fur et à mesure que je me prenais au jeu (et que le jeu, la quête, me prenait), j’ai ressenti de plus en plus fort sa présence. Je crois que les arbres sont véritablement son domaine, et les découvertes surprenantes que j’ai faites (les deux dernières en date, l’aulne et le sorbier), je pense que je les lui dois à 100%.

C’est relativement difficile à expliquer, sa présence n’est pas de la même nature que la Morrigan, il y a moins d’intimité (même si ce n’est pas le mot exact). La présence du Dagda, c’est une ouverture des sens : l’odorat est particulièrement mis en avant, comme décuplé. Le goût, aussi, est exacerbé, et avec lui l’envie de passer un peu plus de temps en cuisine (ce qui, je l’avoue, n’est pas dans mes habitudes). Et puis le besoin de toucher les arbres, les plantes, les pierres, la terre (j’ai passé plusieurs semaines à laisser traîner mes mains un peu partout autour de moi), et de ressentir les vibrations du monde minéral et végétal.

La quête des arbres de l’ogham, menée par le Dagda, est un véritable jeu de piste spirituel, que je ne peux que conseiller à ceux et celles qui ont des affinités avec le celtisme et avec le monde végétal. Il ne s’agit pas seulement de trouver les essences, mais de se mettre en connexion avec leurs « personnalités », les caractéristiques spécifiques de chaque essence (où l’arbre élit domicile, ce qu’il voit, ce qu’il entend). Cette quête mène peu à peu à une compréhension plus vaste, plus symbolique et philosophique : l’aspect des arbres, leur odeur, leur couleur, leur milieu, l’énergie qui s’en dégage, tout cela se mêle pour créer un symbole bien précis. Je ne sais pas si j’utiliserai les oghams comme support de divination, mais d’ores et déjà, j’ai fait connaissance avec des énergies jusque là ignorées ou mal connues et qui, pourtant, résonnent vraiment dans mon esprit. Je me suis découvert une affinité particulière avec le frêne, qui m’équilibre en me rappelant ma petite phrase (« la tête dans les étoiles et les pieds ancrés dans la terre »). Quant au sorbier, « découvert » il y a peu (alors que j’étais passée près de lui à plusieurs reprises en promenant les chiens), sa présence m’a interpelée. Je pense que j’irai lui rendre visite fréquemment pour puiser auprès de lui une certaine inspiration.

Mais je m’égare, revenons-en au Dagda…

Il est le maître de la connaissance, de toute évidence. Et pas seulement de la connaissance intellectuelle (que j’appellerai ‘savoir’ pour simplifier les choses). Le Dagda possède le savoir, mais aussi la connaissance physique, sensorielle et énergétique : travailler avec lui, c’est apprendre par tous les sens physiques et subtils, c’est être bombardée de sons, d’odeurs, de goûts, de ressentis divers, intenses, comme si on plongeait la tête la première dans l’océan primordial. C’est enthousiasmant, mais c’est aussi épuisant, car ça mobilise une énergie considérable pour absorber une infime partie de cette connaissance. J’ai appris des tas de choses pendant cette lunaison, mais il m’a été impossible de créer (ma Muse n’a même pas essayé de titiller mes neurones, qui étaient de toutes façons bien trop occupés pour lui prêter la moindre attention…). Mes nuits ont été presque aussi fatigantes, car la quête s’est poursuivie jusque dans mon sommeil.

Comme la fin du mois de Geamhain approche, je vais remercier le Dagda pour le savoir qu’il m’a permis d’acquérir, et pour l’ancrage que procure la connaissance qu’il apporte. Je continuerai, bien sûr, ma quête des arbres de l’ogham, mais avec un peu moins d’intensité car j’ai besoin de souffler un peu, et de renouer avec ma créativité.

A thabhairt dom, an Dagda, do chosaint,
(Accorde-moi, Dagda, ta protection)
Agus i chosaint, neart,
(Et dans la protection, la force)
Agus i neart, tuiscint,
(Et dans la force, la compréhension)
Agus i tuiscint, eolas,
(Et dans la compréhension, la connaissance)
Agus in eolas, ceart,
(Et dans la connaissance, la justice)
Agus i ceart, grá,
(Et dans la justice, l’amour)
Agus i ngrá, an grá na déithe
(Et dans l’amour, l’amour des dieux).

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Dieux, Ancêtres et Esprits, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Geamhain – Travail avec le Dagda

  1. Le travail que tu décris avec le monde végétal, encouragée par Dagda, c’est drôle car c’est ce que Morrigan me fait faire 🙂

  2. Salvaquaria dit :

    Ce que tu décris là est merveilleux 🙂 Je te souhaite de vivre encore et encore toutes ces merveilles 🙂

  3. Comme quoi ça doit aussi être de saison ^^ Plus sérieusement, j’ai aussi pas mal travaillé avec le monde végétal avec la Morrigan, mais pas de la même manière. Là, j’ai vraiment vécu des « connexions sensuelles » avec les arbres (l’odorat et le toucher surtout, me mettre « dans la peau » des arbres aussi) sur lesquelles la Dame n’avait pas insisté. Le travail végétal avec la Morrigan était davantage basé sur la création d’un lien avec la Terre et l’Eau, un rééquilibrage personnel via les plantes et leur cycle de vie… et davantage axé sur les « petites » plantes que sur les arbres.
    Ceci dit, la quête oghamique est aussi très différente que le « jardinage sorcier » fait sous la guidance de la Dame. Il se trouve que j’ai fait appel au Dagda pour m’aider dans cette quête, mais j’imagine que la Morrigan aura aussi son mot à dire (surtout vis à vis de l’aspect divinatoire) 😉

  4. Sylvianne dit :

    Merci pour cet article sur ce dieu. Je recherchais désespérément des personnes qui avaient travaillé avec lui et ça me fait plaisir d’être tombé sur cet article.
    Personnellement, Dagda m’est apparu il y a quelques mois et je m’attache peu à peu à lui.
    Merci en tout cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s