Consécration du Tissu

source : Carmina Gadelica

clothconsecration

traduction des notes (gros doutes sur les termes techniques)
Lorsque les femmes ont foulé le tissu, elles enroulent la pièce et la placent debout au centre du métier à tisser(?). Ensuite elles la font tourner lentement et délibérément dans le sens horaire, en disant à chaque tour :
Ceci n’est pas un second tissage
Ce tissu n’est pas mendié
Ce n’est pas la propriété d’un prêtre.
Une autre forme :
Division une, division deux, division trois, division quatre, division cinq, division six, division sept,
Ceci n’est pas un tissu pour un prêtre,
Mais c’est un tissu pour mon petit Donald d’amour,
Pour mon compagnon chéri, John de joie,
Et pour Muriel aux belles couleurs.
Chaque membre de la maisonnée pour lequel le tissu est destiné a son nom mentionné dans la consécration. On crache ensuite sur le tissu, et on le retourne de bout en bout au nom du père, du fils et du saint esprit jusqu’à ce qu’il soit à nouveau debout au centre du métier. (…) Lorsque le tissu a été foulé et lavé, il est roulé avec soin.

traduction de la prière
Bien je peux dire ma rune,
En descendant avec la vallée;
Une rune,
Deux runes,
Trois runes,
Quatre runes,
Cinq runes,
Six runes,
Sept runes,
Sept runes et demie,
Sept runes et demie
Que l’homme de ce tissu ne soit jamais blessé
Qu’il ne soit jamais déchiré ;
Quel que soit le moment où il va à la bataille ou à la bagarre,
Que le bouclier sanctuaire du seigneur soit sien.
Quel que soit le moment où il va à la bataille ou à la bagarre,
Que le bouclier sanctuaire du seigneur soit sien.
Ceci n’est pas un second tissage et il n’est pas mendié,
Et ce n’est pas le bien d’un sacristain ou d’un prêtre
Le cresson vert cueilli sous une pierre,
Et donné à une femme en secret.
Le jarret d’un cerf dans la tête du hareng,
Et dans la queue fine du saumon moucheté.

Remarques : la dernière partie de la prière me semble très obscure. Peut-être un problème avec la traduction de départ (gaélique>anglais), ou au niveau de la transmission orale (des détails manquants), ou encore cela se base sur des références que je n’ai pas. Je compte me servir de cette prière comme base pour faire une « bénédiction de tricot », je vais donc l’adapter. J’ajouterai par la suite le texte adapté.

articles à lire (en anglais) : waulking-songs, waulking-the-tweed, waulking, fulling the cloth

Un peu plus d’infos, tirées du 3e lien ci-dessus : Lorsque le tissu avait été tissé et enlevé du métier, un session de luadh était planifiée. Les fouleuses, appelées « na mnathan luaidh » en gaélique écossais, se réunissaient chez la propriétaire du tissu après le petit déjeuner. Le tweed (jusqu’à 70m de longueur) était cousu bout à bout pour faire une boucle, puis il était trempé dans de l’urine humaine (fual ou graith) conservée dans ce but. L’ammoniaque de l’urine servait à intensifier les couleurs, mais aussi à dissoudre les impuretés de la laine et à l’assouplir.
Le foulage du tissu se fait en tapant la pièce contre une planche ou, éventuellement, en le piétinant. Entre 6 et 14 femmes, une à chaque extrémité et un nombre égal sur chaque côté, s’assoient autour de la planche. Le tissu est alors tiré vers soi, tapé sur la planche et passé vers la gauche, et ce pendant des heures. Cette manipulation permet d’assouplir, d’épaissir et de resserrer la trame du tissu.
Lorsque le foulage est terminé, une cérémonie de consécration a lieu, qui fait intervenir trois femmes. La plus vieille mène, suivie par les deux autres par ordre d’âge. La première prend le tissu plié et le fait tourner d’un demi-tour dans le sens horaire en disant « Cuirim ca deiseal » « Je donne un tour dans le sens du soleil. » Elle libère ses mains, le saisit à nouveau et lui fait faire un autre demi-tour en disant « am freasdal an Athar » « selon le père. » Les deux autres femmes répètent le processus en disant à la place « selon le fils » et « selon le saint esprit ».
Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Celto-Paganisme, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Consécration du Tissu

  1. Yavanna dit :

    Pour la fileuse et tisserande que je suis, ceci est très intéressant ! Merci…

  2. Oui, j’ai pensé à toi en faisant les recherches =) J’ai ajouté quelques infos à la fin, qui pourront t’intéresser aussi 😉

  3. Aranna dit :

    Whoa, j’adore. Quand je tricote ou quand je brode ou même que je fais du ravaudage (en mode « vieille », lol) je met souvent des intentions dans le tissu et dans mes gestes, mais ca n’est pas aussi « classe » que ca. (Bon « classe » est pas le mot, mais il y a une énergie particulière qui circulent dans ces mots dont les variantes ont dues être utilisées depuis des siècles…) Merci beaucoup pour ce poste ! =)

    • oui pareil pour moi, ça fait longtemps que je « charge » certains tricots (ou mes rares tentatives de couture) mais jusqu’ici, ce n’était pas quelque chose de construit. du coup, la découverte de ces « rituels » m’a vraiment emballée ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s