Bonfires

Article pour le Pagan Blog Project du 25/01 (liste complète ici), publié le 23/02/13

The Beltane Fires
(From The Golden Bough)

In the Central Highlands of Scotland bonfires, known as the Beltane fires, were formerly kindled with great ceremony on the first of May, and the traces of human sacrifices at them were particularly clear and unequivocal. The custom of lighting the bonfires lasted in various places far into the eighteenth century, and the descriptions of the ceremony by writers of that period present such a curious and interesting picture of ancient heathendom surviving in our own country that I will reproduce them in the words of their authors. The fullest of the descriptions is the one bequeathed to us by John Ramsay, laird of Ochtertyre, near Crieff, the patron of Burns and the friend of Sir Walter Scott. He says: “

Like the other public worship of the Druids, the Beltane feast seems to have been performed on hills or eminences. They thought it degrading to him whose temple is the universe, to suppose that he would dwell in any house made with hands. Their sacrifices were therefore offered in the open air, frequently upon the tops of hills, where they were presented with the grandest views of nature, and were nearest the seat of warmth and order. And, according to tradition, such was the manner of celebrating this festival in the Highlands within the last hundred years. But since the decline of superstition, it has been celebrated by the people of each hamlet on some hill or rising ground around which their cattle were pasturing. Thither the young folks repaired in the morning, and cut a trench, on the summit of which a seat of turf was formed for the company. And in the middle a pile of wood or other fuel was placed, which of old they kindled with tein-eigin—i.e., forced-fire or need-fire.
“The night before, all the fires in the country were carefully extinguished, and next morning the materials for exciting this sacred fire were prepared. The most primitive method seems to be that which was used in the islands of Skye, Mull, and Tiree. A well-seasoned plank of oak was procured, in the midst of which a hole was bored. A wimble of the same timber was then applied, the end of which they fitted to the hole. But in some parts of the mainland the machinery was different. They used a frame of green wood, of a square form, in the centre of which was an axle-tree. In some places three times three persons, in others three times nine, were required for turning round by turns the axle-tree or wimble. If any of them had been guilty of murder, adultery, theft, or other atrocious crime, it was imagined either that the fire would not kindle, or that it would be devoid of its usual virtue. So soon as any sparks were emitted by means of the violent friction, they applied a species of agaric which grows on old birch-trees, and is very combustible. This fire had the appearance of being immediately derived from heaven, and manifold were the virtues ascribed to it. They esteemed it a preservative against witch-craft, and a sovereign remedy against malignant diseases, both in the human species and in cattle; and by it the strongest poisons were supposed to have their nature changed.
“After kindling the bonfire with the tein-eigin the company prepared their victuals. And as soon as they had finished their meal, they amused themselves a while in singing and dancing round the fire. Towards the close of the entertainment, the person who officiated as master of the feast produced a large cake baked with eggs and scalloped round the edge, called am bonnach bea-tine—i.e., the Beltane cake. It was divided into a number of pieces, and distributed in great form to the company. There was one particular piece which whoever got was called cailleach beal-tine—i.e., the Beltane carline, a term of great reproach. Upon his being known, part of the company laid hold of him and made a show of putting him into the fire; but the majority interposing, he was rescued. And in some places they laid him flat on the ground, making as if they would quarter him. Afterwards, he was pelted with egg-shells, and retained the odious appellation during the whole year. And while the feast was fresh in people’s memory, they affected to speak of the cailleach beal-tine as dead.”

In the parish of Callander, a beautiful district of Western Perthshire, the Beltane custom was still in vogue towards the end of the eighteenth century. It has been described as follows by the parish minister of the time: “

Upon the first day of May, which is called Beltan, or Baltein day, all the boys in a township or hamlet, meet in the moors. They cut a table in the green sod, of a round figure, by casting a trench in the ground, of such circumference as to hold the whole company. They kindle a fire, and dress a repast of eggs and milk in the consistence of a custard. They knead a cake of oatmeal, which is toasted at the embers against a stone. After the custard is eaten up, they divide the cake into so many portions, as similar as possible to one another in size and shape, as there are persons in the company. They daub one of these portions all over with charcoal, until it be perfectly black. They put all the bits of the cake into a bonnet. Every one, blindfold, draws out a portion. He who holds the bonnet, is entitled to the last bit. Whoever draws the black bit, is the devoted person who is to be sacrificed to Baal, whose favour they mean to implore, in rendering the year productive of the sustenance of man and beast. There is little doubt of these inhuman sacrifices having been once offered in this country, as well as in the east, although they now pass from the act of sacrificing, and only compel the devoted person to leap three times through the flames; with which the ceremonies of this festival are closed.”

Thomas Pennant, who travelled in Perthshire in the year 1769, tells us that “on the first of May, the herdsmen of every village hold their Bel-tien, a rural sacrifice. They cut a square trench on the ground, leaving the turf in the middle; on that they make a fire of wood, on which they dress a large caudle of eggs, butter, oatmeal and milk; and bring besides the ingredients of the caudle, plenty of beer and whisky; for each of the company must contribute something. The rites begin with spilling some of the caudle on the ground, by way of libation: on that every one takes a cake of oatmeal, upon which are raised nine square knobs, each dedicated to some particular being, the supposed preserver of their flocks and herds, or to some particular animal, the real destroyer of them: each person then turns his face to the fire, breaks off a knob, and flinging it over his shoulders, says, ‘This I give to thee, preserve thou my horses; this to thee, preserve thou my sheep; and so on.’ After that, they use the same ceremony to the noxious animals: ‘This I give to thee, O fox! spare thou my lambs; this to thee, O hooded crow! this to thee, O eagle!’ When the ceremony is over, they dine on the caudle.”

The Beltane fires seem to have been kindled also in Ireland, for Cormac, “or somebody in his name, says that Belltaine, May-day, was so called from the ‘lucky fire,’ or the ‘two fires,’ which the druids of Erin used to make on that day with great incantations; and cattle, he adds, used to be brought to those fires, or to be driven between them, as a safeguard against the diseases of the year.”

Source : earthrites

cows-and-bonfires

Les Feux de Beltane
(extrait de The Golden Bough)

Dans les Hautes Terres Centrales d’Écosse des feux de joie, appelés feux de Beltane, étaient autrefois allumés en grande cérémonie le premier Mai, et des traces de sacrifices humains y étaient particulièrement claires et non équivoques. La coutume d’allumer les feux de joie à divers endroits a duré jusqu’au dix-huitième siècle, et les descriptions de la cérémonie par les auteurs de cette période présentent une image si curieuse et intéressante du paganisme ancien qui survit dans notre propre pays que je vais les reproduire selon les mots de leurs auteurs. La plus complète des descriptions est celle que nous a faite John Ramsay, laird de Ochtertyre, près de Crieff, patron de Burns et ami de Sir Walter Scott. Il dit: “

Comme les autres célébrations publiques des Druides, la fête de Beltane semble avoir eu lieu sur des collines ou des endroits élevés. Ils pensaient que c’était dégradant envers celui dont le temple est l’univers, de supposer qu’il puisse résider dans une maison faites de main humaine. Leurs sacrifices étaient donc offerts en plein air, fréquemment au sommet de collines, où ils étaient présentés avec la plus belle des vues sur la nature, et où ils étaient plus près du siège de la chaleur et de l’ordre. Et, selon la tradition, telle était la façon de célébrer cette fête dans les Hautes Terres depuis les cent dernières années. Mais depuis le déclin de la superstition, elle est célébrée par les gens de chaque hameau sur une colline ou endroit élevé autour duquel leur bétail pâture. Là les jeunes hommes se rendaient le matin, et creusaient une fosse au-dessus de laquelle un siège d’herbe était formé pour le public. Et au milieu était placée une pile de bois ou autre combustible, que, dans l’ancien temps, ils allumaient avec le tein-eigin—i.e., feu-forcé ou feu du besoin.
La nuit précédente, tous les feux de la région étaient soigneusement éteints, et le matin suivant des matériaux pour attiser ce feu sacré étaient préparés. La méthode la plus primitive semble être celle qui était utilisée sur les îles de Skye, Mull, et Tiree. Une vieille planche de chêne était apportée, au milieu de laquelle un trou était percé. Un forêt du même matériau était alors employé, dont on plaçait l’extrémité dans le trou. Mais à certains endroits, l’appareil était différent. Ils utilisaient un cadre de bois vert, de forme carrée, au centre duquel se trouvait un axe. A certains endroits trois fois trois personnes, à d’autres trois fois neuf, étaient nécessaires pour faire tourner l’axe ou le forêt. Si l’un d’entre eux était coupable de meurtre, d’adultère, de vol, ou d’un autre crime affreux, on croyait que le feu ne s’allumerait pas, ou qu’il serait dénué de ses vertus habituelles. Aussitôt que des étincelles étaient émises grâce à la friction violente, ils appliquaient une espèce d’agaric qui pousse sur les vieux bouleaux, et qui est hautement combustible. Ce feu avait l’air de provenir directement du ciel, et nombreuses étaient les vertus qui lui étaient attribuées. Ils le considéraient comme une protection contre la sorcellerie, et comme un remède souverain contre les maladies malignes, à la fois de l’espèce humaine et du bétail; et grâce à lui les poisons les plus forts étaient supposés changer de nature.
“Après avoir allumé le feu de joie avec le tein-eigin la compagnie préparait les victuailles. Et dès qu’ils avaient terminé leur repas, ils s’amusaient un moment en chantant et en dansant autour du feu. Vers la fin de la célébration, la personne qui officiait comme maître de cérémonie produisait un gros gâteau fait à base d’oeufs et festonné sur le bord, appelé am bonnach bea-tine—i.e., la gâteau de Beltane. Il était divisé en un grand nombre de parts, et distribué en grande pompe à la compagnie. Il y avait une part particulière qui faisait nommer celui qui l’avait cailleach beal-tine—i.e., la carline de Beltane, un terme fortement péjoratif. Dès qu’il était connu, une partie de la compagnie le saisissait et faisait mine de le jeter au feu; mais la majorité s’interposait, et il était secouru. Et à certains endroits ils l’allongeaient au sol comme s’ils voulaient l’écarteler. Ensuite, on lui jetait des coquilles d’oeuf, et il gardait l’odieuse appellation toute l’année. Et tant que la fête était fraîche dans la mémoire des gens, ils affectaient de parler de la cailleach beal-tine comme d’un défunt.”

Dans la paroisse de Callander, une belle région du Western Perthshire, la coutume de Beltane était toujours en vogue à la fin du dix-huitième siècle. Elle a été décrite comme suit par le curé de l’époque:

“Le premier jour de Mai, qui est appelé Beltan, ou Baltein, tous les gaçons du village ou hameau se rassemblent sur la lande. Ils découpent une table dans l’herbe, de forme ronde, en creusant une tranchée dans le sol, d’une circonférence suffisante pour contenir la compagnie. Ils allument un feu et préparent un repas à base d’oeuf et de lait, ayant la consistance de la crème anglaise. Ils pétrissent un gâteau d’avoine, qui est cuit sur les braises contre une pierre. Une fois que la crème est mangée, ils divisent le gâteau en portions, aussi semblables que possible en taille et en forme, aussi nombreuses que les personnes de la compagnie. Ils couvrent une de ces portions de charbon, jusqu’à ce qu’elle soit toute noire. Ils mettent tous les morceaux de gâteau dans un bonnet. Chacun, les yeux bandés, prend une portion. Celui qui tient le bonnet a droit au dernier morceau. Celui qui prend le morceau noir est la personne qui doit être sacrifiée à Baal, dont les faveurs sont requises pour rendre l’année productive en nourriture pour les hommes et les bêtes. Il y a peu de doute que ces sacrifices inhumains étaient autrefois pratiqués dans la région, comme dans l’est, bien qu’à présent ils évitent l’acte de sacrifice, et se contentent d’obliger la personne désignée à sauter trois fois à travers les flammes; sur ce les cérémonies de cette fête se terminent.”

Thomas Pennant, qui voyagea dans le Perthshire en 1769, nous raconte que le premier Mai, les gardiens de troupeaux du village faisaient leur Bel-tien, un sacrifice rural. Ils découpaient une tranchée carrée au sol, en laissant l’herbe au milieu; là dessus ils faisaient un feu de bois, sur lequel ils posaient un grand chaudeau d’oeufs, de beurre, d’avoine et de lait; et apportaient outre les ingrédients du chaudeau, beaucoup de bière et de whisky; car chacun devait contribuer. Les rites commençaient en versant du chaudeau sur le sol, en libation: sur ce, chacun prend un gâteau d’avoine, sur lequel il y a neuf bosses carrées, chacune dédiée à un être particulier, le gardien supposé de leurs troupeaux, ou à un animal particulier, le destructeur réel: chacun tourne alors son visage vers le feu, brise une bosse, et en la jetant par dessus son épaule dit, Ceci je te donne, préserve mes chevaux; ceci je te donne, préserve mes moutons; ainsi de suite. Ensuite, ils emploient la même cérémonie pour les animaux nuisibles: ‘Ceci je te donne, ô renard! épargne mes agneaux; ceci pour toi, ô corneille! ceci pour toi, ô aigle!’ Quand la cérémonie est finie, ils dînent du chaudeau.”

Les feux de Beltane semblent aussi avoir été allumés en Irlande, car Cormac, “ou quelqu’un de ce nom, dit que Belltaine, le premier Mai, était nommé ainsi à cause des feux chanceux, les deux feux que les druides d’Erin faisaient ce jour-là avec de grandes incantations; et le bétail, ajoute-t-il, était mené à ces feux, ou conduit entre eux, pour les protéger des maladies de l’année.”

bonfire

Samhain is mentioned in some of the earliest Irish literature. It was the time when cattle were brought back down from the summer pastures and when livestock were slaughtered for the winter. In much of the Gaelic world, bonfires were lit and there were rituals involving them, as at Beltane. People and their livestock would often walk between two bonfires as a cleansing ritual, and the bones of slaughtered livestock were cast into its flames.Samhain was one of the four main festivals of the Gaelic calendar, marking the last harvest and beginning of winter. Traditionally, Samhain was a time to take stock of the herds and food supplies.  It was also the time to choose which animals would need to be slaughtered for the people to survive the winter. This custom is still observed by many who farm and raise livestock because it is when meat will keep since the freeze has come.As with the other three Gaelic seasonal festivals, there is evidence that bonfires were lit on hilltops at Samhain. However, Ronald Hutton says that this only seems to have been common along Scotland’s Highland Line, on the Isle of Man, in north and mid Wales, and in parts of Ulster heavily settled by Scots. In Scotland, these bonfires were called samhnagan, and they were usually made from flammable materials like ferns, tar-barrels, and anything else that would burn. In the late 18th century, John Ramsay of Ochtertyre wrote that, in that part of Scotland, a ring of stones was laid round the fire to represent each person. Everyone then ran round it with a torch, « exulting ». In the morning, the stones were examined and if any was mislaid it was said that the person for whom it was set would not live out the year. A similar practise was observed in north Wales and in Brittany. In Moray, boys asked for bonfire fuel from each house in the village. When the fire was lit, « one after another of the youths laid himself down on the ground as near to the fire as possible so as not to be burned, and in such a position as to let the smoke roll over him. The others ran through the smoke and jumped over him ». It is likely that the smoke was thought to have protective powers.

In 19th century northeast Scotland, people carried a torch of fir wood around their fields to protect them. On South Uist, people did likewise with burning turf. Sometimes, two bonfires would be built side by side, and the people -sometimes with their livestock- would walk between them as a ritual of purification. In the pre-Christian Gaelic world, cattle were the main unit of currency and the center of agricultural and pastoral life.

In the 17th century, Geoffrey Keating wrote that the druids of ancient Ireland would gather on Tlachta on Samhain night to kindle a sacred fire. From this, every bonfire in the land was lit, and from thence every home in the land relit their hearth, which had been doused that night.

en.wikipedia

Samhain est mentionné dans certains textes de la littérature irlandaise ancienne. C’était le moment où le bétail était redescendu des pâtures estivales, et où les animaux étaient abattus pour l’hiver. Dans la majeure partie du monde gaélique, des feux de joie étaient allumés et il y avait des rituels incluant ces feux, comme à Beltane. Les gens et leur bétail passaient souvent entre deux feux de joie comme rituel de purification, et les ossements des animaux abattus étaient jetés dans les flammes.Samhain était l’une des quatre fêtes principales du calendrier gaélique, marquant la dernière récolte et le début de l’hiver. Traditionnellement, Samhain était le moment où l’on comptait les troupeaux et les réserves de nourriture. C’était aussi la période où on choisissait les animaux qui devaient être abattus pour que le peuple survive à l’hiver. Cette coutume est encore observée par bon nombre de ceux qui élèvent du bétail parce que c’est le moment où la viande se garde puisque le gel s’est installé.Comme pour les trois autres fêtes saisonnières gaéliques, il existe des preuves montrant que des feux de joie étaient allumés au sommet des collines à Samhain. Toutefois, Ronald Hutton dit que ceci n’était courant que dans les Hautes Terres d’Écosse, sur l’Ile de Man, au nord et au centre du Pays de Galles, et dans les parties de l’Ulster fortement colonisées par les Scots. En Écosse, ces feux de joie étaient appelés samhnagan, et ils étaient habituellement faits de matériaux inflammables comme les fougères, les barils de goudron, et tout autre combustible. Vers la fin du 18e siècle, John Ramsay d’Ochtertyre écrivat que, dans cette partie de l’Écosse, un cercle de pierres était installé autour du feu pour représenter chaque personne. Tout le monde courait alors autour avec une torche, en « exultant ». Le matin, les pierres étaient examinées et si l’une d’entre elles avait disparu, on disait que la personne qu’elle représentait ne survivrait pas à l’année. Des pratiques similaires furent observées au nord du Pays de Galles et en Bretagne. A Moray, les garçons quémandaient du combustible pour le feu dans chaque maison du village. quand le feu était allumé, « l’un après l’autre, les jeunes s’allongeaient par terre aussi près du feu que possible sans se brûler, et dans une position telle que la fumée roulait sur lui. Les autres couraient à travers la fumée et sautaient par-dessus lui ». Il est probable que la fumée ait été considérée comme ayant des pouvoirs protecteurs.

Dans l’Écosse du nord-est au 19e siècle, les gens portaient une torche de sapin et faisaient le tour de leurs champs pour les protéger. Sur South Uist, les gens faisaient de même avec de l’herbe enflammée. Parfois, deux feux de joie étaient faits côte à côte, et les gens -parfois avec leur bétail- passaient entre les deux comme rituel de purification. Dans le monde gaélique pré-chrétien, le bétail était la principale monnaie et le centre de la vie agricole et pastorale.

Au 17e siècle, Geoffrey Keating écrivait que les druides de l’Irlande ancienne se réunissaient à Tlachta la nuit de Samhain pour allumer un feu sacré. De ce feu, chaque feu de joie du pays était allumé, et de là chaque maison du pays rallumait son foyer.

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Celto-Paganisme, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s