Corvidés

Article pour le Pagan Blog Project du 08/02 (liste complète ici), publié le 25/02/13

sources : Corvidae, Corvus, raven, celtic-folklore, the-raven, raven-symbolism-lore, magpie, One_for_Sorrow, timelessmyths, magpies, magpie.

Les Corvidés (Corvidae) constituent une famille de passereaux comprenant 25 genres et 130 espèces. Les Corvidés comptent parmi les oiseaux qui ont produit les meilleurs résultats en termes d’intelligence, certains étant capables d’utiliser des outils, et d’en fabriquer. Ces oiseaux ont des comportements sociaux développés et ont une hiérarchie au sein du groupe. Nombre d’entre eux jouent par ailleurs un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognards.

corvus1 Corvus frugilegus, Corbeau freux
(en anglais, Rook)
corvus2 Corvus corone, Corneille noire
(en anglais, Carrion crow)
corvus3 Corvus cornix, Corneille mantelée
(en anglais, Hooded crow)
corvus4 Corvus corax, Grand Corbeau
(en anglais, Common raven)
corvus5 Pica pica, Pie bavarde
(en anglais, Magpie)
corvus6 Coloeus monedula, Choucas des tours
(en anglais, Jackdaw)
corvus7 Garrulus glandarius, Geai des chênes
(en anglais, Jay)
corvus8 Cyanocitta cristata, Geai bleu
(en anglais, Blue jay)

Les Corbeaux et Corneilles

Leur couleur noire, associée aux pouvoirs des ténèbres dans de nombreuses cultures, est la raison principale qui fait que ces oiseaux symbolisent la mort, mais d’autres raisons viennent s’y ajouter :
– Ce sont des charognards qui mangent les animaux morts (humains inclus) lorsque ceux-ci sont dans la nature (ce sont donc des visiteurs familiers des champs de bataille). Leur sens olfactif leur permet de détecter la chair en état de décomposition.
– Ils ont tendance à commencer par les yeux des charognes, avant de passer aux autres tissus mous. Les corneilles, notamment, n’ont pas un bec assez solide pour percer une peau intacte.
– Ils peuvent apprendre à imiter la parole humaine.
– Ce ne sont pas des oiseaux chanteurs. Ils produisent une gamme de sons rauques, pas très plaisants.

Superstitions

Dans la mythologie irlandaise, les corbeaux et corneilles sont associés à la guerre et aux champs de bataille, sous les traits de Badb et de la Morrígan.

Les Celtes, toutefois, tenaient le corbeau en haute estime et le considéraient comme sacré : il était le messager des dieux, et toute ses affirmations étaient considérées comme vraies.

« Avoir la connaissance du Corbeau » est un dicton irlandais qui signifie avoir des capacités de clairvoyance, ou une connaissance quasi surnaturelle. En fait, pour les Irlandais, le Corbeau est un des animaux les plus vieux et les plus sages.

Le corbeau est un des animaux favoris du dieu Lugh (Irlande / Écosse), ou Lludd (Pays de Galles). Le folklore dit qu’il possédait deux corbeaux qui satisfaisaient tous ses besoins, tout comme Odin. Son équivalent gaulois, Lugus, était également associé aux corbeaux. Lugdunum (Lyon, en France) aurait été fondée à l’endroit où des corbeaux s’étaient posés, car c’était considéré comme un présage favorable. D’antiques pièces de monnaie de la ville montrent le dieu accompagné de corbeaux. Il est aussi dit que ce sont des corbeaux qui ont prévenu Lugh de l’invasion imminente par les Fomoires.

Les corbeaux sont les gardiens des trésors de l’Autre Monde (ou des trésors enterrés). D’après les mythes, une pierre prise dans le nid d’un corbeau est appelée « raven stone » (pierre du corbeau) ou « pierre de victoire » et elle peut aider à trouver des trésors ou à la divination.

Dans le Mabinogion, il est dit qu’à la mort de Bran (dont le nom signifie corbeau en gallois), sa tête fut coupée et enterrée à Gwynfryn (« Colline Blanche »), “avec le visage tourné vers la France”, pour protéger la Grande-Bretagne des invasions. Cette légende s’est mêlée à d’autres histoires folkloriques pour former la superstition actuelle des corbeaux de la Tour de Londres : le roi Charles II qui est à l’origine de la légende des corbeaux. Il décréta qu’au moins 6 corbeaux devaient être gardés à la Tour à tout moment, pour empêcher les désastres.

De nombreuses tribus celtes prenaient le corbeau comme animal héraldique (certains clans disent qu’ils descendent directement du Corbeau, ou d’autres animaux). Les MacDonald de Glengarry, en Écosse, ont un corbeau sur leur blason, et leur cri de guerre est « Creagan-an Fhithich » (le Roc du Corbeau), d’après un site de leur terre ancestrale.

Dans de nombreuses régions de Grande-Bretagne et d’Irlande, le corbeau est vu comme un présage heureux :
Shetland et Orcades : si une jeune fille voit un corbeau à Imbolc, elle peut prévoir la direction de la maison de son futur mari en suivant la trajectoire de l’oiseau.
Pays de Galles : si un corbeau se perche sur un toit, cela signifie la prospérité pour la famille.
Écosse : les chasseurs de cerfs considèrent comme un bon présage le fait d’entendre un corbeau avant de partir pour la chasse.
Irlande : les corbeaux qui ont des plumes blanches (surtout sur les ailes) sont un bon signe. Des corbeaux qui volent à main droite, ou qui croassent ensemble sont aussi de bons présages.

Souvent, deux corneilles étaient lâchées pendant les cérémonies de mariage. Si les deux partaient dans la même direction, le couple pouvait espérer une longue vie commune. Si elles se séparaient, le couple pouvait s’attendre à une séparation.

Des freux cherchant de la nourriture dans les rues du village ou près de leur nid, le matin, indiquait que le mauvais temps approchait. A l’inverse, s’ils partaient loin du nid, le temps serait clément. Des corbeaux volant vers le soleil étaient signe de beau temps. S’ils se lissaient les plumes des ailes, la pluie était annoncée. S’ils volaient en tous sens, la guerre n’était pas loin.

Les Pies

La pie est un autre oiseau que les gens n’aiment pas parce qu’il est énigmatique. Ce qu’on remarque d’abord, c’est sa voix : les pies peuvent produire toutes sortes de sons, et imiter les cris d’autres animaux ou la voix humaine. La pie utilise sa grande intelligence pour voler, fouiller et stocker de la nourriture, et elle profite de l’expansion humaine alors que d’autres espèces en souffrent. Les pies sont une des rares espèces animales à pouvoir se reconnaître dans un miroir, et à comprendre que ce n’est qu’un reflet. Les pies sont monogames par nature, elles restent avec le même partenaire année après année. Si le partenaire meurt, elles réunissent les autres pies de la colonie pour tenir une sorte de veillée funèbre.

De ce comportement monogame découle de nombreuses superstitions : dans la plupart des régions des Iles Britanniques, voir une pie seule est signe de malchance, alors qu’en voir deux est un bon présage. La comptine folklorique dit :

One for sorrow, two for joy;
Three for a girl, four for a boy;
Five for silver, six for gold;
Seven for a secret, never to be told;
Eight for a wish, nine for a kiss;
Ten for a bird that’s best to miss.
(In Ireland, it is common to recite « Five for a wedding »).
Une pour la tristesse, deux pour la joie;
Trois pour une fille, quatre pour un garçon;
Cinq pour l’argent, six pour l’or;
Sept pour un secret, qu’on ne doit pas dire;
Huit pour un souhait, neuf pour un baiser;
Dix pour un oiseau qu’il vaut mieux éviter.
(En Irlande, il est courant de dire « cinq pour un mariage »).
One for sorrow, two for mirth;
Three for a funeral, four for a birth;
Five for heaven, six for hell;
Seven’s the Devil his own self.
(Sometimes – rarely-, three extra lines are added:
Eight for a wish, nine for a kiss;
Ten for a time of Joyous Bliss).
Une pour la tristesse, deux pour la joie;
Trois pour des funérailles, quatre pour une naissance;
Cinq pour le paradis, six pour l’enfer;
Sept c’est le diable lui-même.
(Parfois – rarement-, trois vers supplémentaires sont ajoutés:
Huit pour un souhait, neuf pour un baiser;
Dix pour un moment de bonheur).

Pour conjurer la malchance si on voit une pie seule, il existe de nombreuses variantes :
– s’adresser à la pie avec respect en disant « Bonjour/Bonsoir Monsieur ».
– faire un signe de croix dans l’air.
– croiser les pouces et dire: ‘Je croise la pie, la pie me croise, malchance pour la pie, et chance pour moi.’
– ôter son chapeau et faire une révérence courtoise.
– ôter son chapeau, cracher en direction de la pie et dire: ‘Diable, diable, je te défie’ ou répéter 7 fois ‘je te défie’.
– pincer la personne avec qui vous marchez oui, si vous êtes seul/e, vous pincer.
– cracher par-dessus son épaule et dire: ‘Les oiseaux propres par sept, les malpropres par deux, la colombe des cieux est celui que je choisis.’
– chercher une corneille du regard, car sa vue neutralise la malchance de la pie.
– demander : ‘Bonjour Monsieur Pie! Comment va votre épouse? / Comment vont vos enfants?’

Il existe aussi de nombreuses superstitions par rapport à ce que fait l’oiseau au moment où on le voit:
– une pie seule qui vole autour d’une maison indique la malchance
– une pie perchée sur un toit signifie qu’il faut repousser un voyage
– une pie seule vue en allant à l’église indique que la mort rôde
– une pie sur un rebord de fenêtre signifie une mort immédiate
– une pie bavarde indique l’arrivée d’un étranger.

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Sorcière proto-celte, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Corvidés

  1. Eirina dit :

    Super article, merci beaucoup !

  2. Mais de rien, ce fut un plaisir de découvrir toutes ces superstitions folkloriques ^^ (et l’occasion d’apprendre des petites choses sur ces oiseaux avec lesquels je « discute » souvent)

  3. Lyra Ceoltoir dit :

    Ah génial, des choses sur les pies ! Merci beaucoup de ce très intéressant article !

    • =) ravie que ça te plaise. C’est vrai que les pies souffrent d’une vilaine réputation de voleuses, alors que ce sont des oiseaux fascinants et étonnants. De toutes façons, avec les corvidés (enfin du moins ceux que je côtoie dans mon coin du monde : pies, corbeaux, corneilles et choucas), on est bien loin de la « cervelle d’oiseau » classique, vu leur intelligence… Mais c’est sans doute ça, aussi, qui dérange le bon peuple 😉

  4. Lyra Ceoltoir dit :

    Oui, leur intelligence m’a toujours fascinée. J’avais vu des vidéos sur youtube d’un travail mené avec un corbeau pour jauger son intelligence, et c’était franchement bluffant de voir à quel point il pouvait faire preuve de logique.
    Mais malheureusement, un oiseau qui fait croaaaacroaaaa et pas cuicui sur un rebord de fenêtre, ça dérange …

    • j’ai vu un documentaire à la télé il y a deux ou trois mois, c’était vraiment fascinant (c’est d’ailleurs dans ce doc que j’ai découvert que les corneilles aux yeux blancs que je voyais étaient en fait des choucas des tours, qui ont eux aussi une intelligence incroyable, et une vue exceptionnelle)
      quant aux croaaacroaaa (et crrrrâ crrrrâ, et kek kek kek ^^), personnellement, ça me plait davantage qu’un simple cuicui, mais bon, les goûts et les couleurs… XD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s