Scáthcraft : Précisions et définitions

Après quelques échanges de ci de là au sujet de mon cheminement spirituel, il me semble utile d’apporter ici quelques précisions. Comme expliqué au début de ma « dissidence », la voie que j’ai choisi de suivre est sans étiquette (même si elle se rapproche de certaines traditions). C’est un choix volontaire, car après des années à tenter d’évoluer dans le cadre d’une tradition spécifique, j’ai ressenti le besoin de me libérer de ce cadre, mais aussi de tout autre cadre pré-établi par d’autres.

D’abord parce que le cadre dans lequel j’évoluais ne correspondait plus vraiment à mes besoins spirituels. Après plus de vingt ans à cheminer sous l’étiquette Wicca, je me suis lassée du manque de réponses de cette spiritualité sur certains points, et de la dérive « fluffy » qui occulte et/ou déforme une grande part des principes de base. Ensuite parce que je n’ai jamais eu l’intention de devenir le mentor de qui que ce soit. Car il faut l’admettre, dans la communauté païenne, il y a beaucoup de gens qui sont en recherche de quelqu’un pour les coacher, les guider, leur enseigner les méthodes et les recettes qui feront d’eux de « bons païens ». J’en ai croisé un certain nombre, et j’ai toujours refusé d’endosser le costume de « gouroute ». D’une part, je ne crois pas qu’il existe de « bons païens » ou de « mauvais païens », et d’autre part, je n’ai ni les compétences, ni les connaissances pour le devenir, et surtout, je n’en ai pas du tout envie. Enfin, parce que j’avais besoin de bases historiques réelles (c’est lié au premier point, la dérive « fluffy », mais pas uniquement).

Quoi qu’il en soit, après un an de recherches, de lectures, de réflexions et de transformations, ma tradition personnelle est mieux définie pour moi, et je pense qu’il est temps de revenir sur cette définition, ce que je vais faire ici en commençant par dire ce que la Scáthcraft n’est pas (pour évacuer de suite les malentendus).

La Scáthcraft n’est pas la Wicca.

La Wicca est une tradition duothéiste (un Dieu/une Déesse) et/ou panthéiste (tous les Dieux sont un seul Dieu, toutes les Déesses sont une seule Déesse). Il ne me viendrait pas à l’idée de considérer la Morrigan et Bríd, ou Lugh et le Dagda comme deux « aspects » interchangeables d’une même entité. Après des années à essayer de faire coller mes ressentis avec cette tradition, je suis (enfin) redevenue polythéiste : sur mes quatre Treoracha, deux sont très présents, les deux autres plus « discrets ». Ce sont ceux avec lesquels j’ai tissé le plus de liens, avec lesquels j’ai travaillé spécifiquement, mais ils ne sont pas les seuls (au moins deux autres divinités celtes commencent à se manifester depuis quelque temps, j’en reparlerai certainement un de ces jours).

D’autre part, j’ai évacué de ma pratique l’outillage et le cérémonial (athamé, pentacle, baguette, cercle, éléments classiques, etc)… Pour la simple et bonne raison que cet outillage et ce cérémonial sont issus en droite ligne de l’occultisme, lui-même fortement influencé par la pensée judéo-chrétienne.

La Scáthcraft n’est pas le Druidisme.

Le terme « Druidisme » est souvent employé comme générique pour désigner la « religion des Celtes ». Je me suis intéressée au Druidisme, j’ai même suivi les « cours » de l’OBOD pendant 6 mois, mais je n’ai pas trouvé de véritable lien entre ce que j’y ai lu et mes ressentis et expériences personnelles. C’est assez compliqué à expliquer mais je trouve que le Druidisme est à la fois trop vague et trop structuré (je sais, c’est contradictoire, mais c’est précisément ce qui me dérange). Et puis, j’ai lu, dans les fascicules de l’OBOD, des affirmations pseudo-historiques auxquelles je ne peux pas adhérer (un côté fluffy, là aussi, qui m’a déçue).

La Scáthcraft est principalement reconstructionniste, parce que je trouve dans la reconstruction une certaine « authenticité » qui me manquait. Attention, je ne dis pas que les autres spiritualités que j’ai pu explorer ne sont pas sincères. Je suis la première à dire que chacun doit suivre la voie qui fonctionne le mieux pour lui/elle, et si cette voie n’est pas fondée sur un culte historique, ce n’est pas un problème en soi. Ce qui me pose problème (mais j’insiste, c’est personnel), ce sont les « fantaisies historiques » que certaines traditions présentent comme faisant partie de l’histoire de l’humanité (je pense à Margaret Murray avec son culte d’une Grande Déesse soi-disant pan-européenne, ou son appellation « Ancienne Religion », reprise par Gardner, et que les wiccans éclectiques prennent pour argent comptant, sans chercher à savoir si elle correspond à une réalité).

L’authenticité historique dont je parle ici, celle qui me manquait dans la Wicca, ce sont des petites choses qui sont attestées par les preuves archéologiques et les survivances folkloriques et que je m’efforce d’inclure dans ma pratique spirituelle. Il ne s’agit pas de dire que ma spiritualité est « plus vieille que la tienne » (avec une voix de gamin têtu, en sous-entendant que, parce qu’elle est plus ancienne, elle est plus vraie). Je suis ravie et fière de dire que ma tradition spirituelle, la Scáthcraft, a vu le jour en 2012! Le terme « reconstruction » signifie pour moi, un certain nombre de choses : il s’agit d’essayer d’assembler les morceaux d’un puzzle datant de plusieurs millénaires, morceaux abimés et cassés, sur lesquels d’autres choses ont été dessinées, en sachant dès le départ qu’il manque la majeure partie du puzzle…

Il est évident que la reconstruction implique une grande part d’UPG, de nombreux éléments qui ne sont pas attestés mais empiriques, qui se basent sur le ressenti personnel et pas sur des preuves matérielles. Mais l’authenticité dont je parle veut que ces éléments non attestés soient clairement étiquetés « UPG », et pas présentés comme des vérités historiques… Je pense notamment au fonctionnement par « contrat » avec mes divinités Guides, que j’ai évoqué sur le forum. Il n’y a pas de preuve matérielle, c’est une extrapolation personnelle qui se base sur le fait avéré que les Celtes fonctionnaient beaucoup par contrat dans leur vie profane. Un autre exemple d’UPG est celui de mon autel, qui comporte des statuettes de mes Guides, alors qu’il est attesté que les Celtes ne représentaient pas leurs divinités (du moins les premiers Celtes, car au fil du temps, sous l’influence des Romains, quelques divinités ont été représentées).

Orthodoxie/Orthopraxie (définition wikipédia : l’orthodoxie s’applique aux domaines de la doctrine, de l’opinion, de la pensée. Une pensée orthodoxe est conforme aux avis d’une autorité établie. L’orthopraxie se réfère au domaine de l’action, et s’applique à une conduite conforme aux usages, rites et coutumes.) En l’absence de textes religieux écrits (doctrine), la Scáthcraft est principalement basée sur l’orthopraxie. Toutefois, comme j’ai beaucoup de mal à m’astreindre à une routine, et que c’est l’orthopraxie qui m’a le plus dérangée dans la pratique wiccane, je m’efforce de simplifier au maximum mes rites : j’allume une bougie parce que, pour moi, le feu crée une ambiance propice (ressenti personnel, UPG), je fais des offrandes, et j’accompagne le tout d’une prière, parfois murmurée, souvent silencieuse. Il arrive fréquemment que ça en reste là, mais il arrive aussi que d’autres gestes spontanés viennent s’y ajouter (utilisation du tambourin, chant, gestes « magiques », selon l’inspiration du moment, la présence plus ou moins forte de certaines énergies, etc… et ça aussi, c’est de l’UPG).

Je me rends compte que, de plus en plus, c’est dans le quotidien que ma pratique prend de l’ampleur. La séparation sacré/profane est de moins en moins un problème, peut-être, tout simplement, parce que j’ai évacué de ma tête le côté rituel cérémoniel. Peut-être aussi parce que je suis allée à la rencontre des esprits de la terre qui m’entoure et que, par conséquent, je suis consciente de leur présence au quotidien et que je les salue (au moins mentalement) lorsque je les croise. Certains gestes de la vie de tous les jours, également, ont pris une dimension « celte » : je me suis aperçue que les multiples de trois venaient tout naturellement dans ce que je fais, que ce soit à la maison ou au boulot, avec à chaque fois une pensée pour la signification de ce « trois ». De la même manière, j’ai trouvé un moyen de me relier tous les jours aux trois Royaumes, simplement en réfléchissant sur le trajet que je fais tous les matins en voiture :

1- la maison, mes racines, direction ouest, 1er pont sur une rivière = Mer;
2- direction sud, les virages, les collines, les bois et les arbres isolés, les lapins/faisans/renards et autres petits animaux courant sur le bas-côté = Terre; 2e pont sur une 2e rivière (affluent de la première) = Mer omniprésente, qui fait le lien;
3- direction est, la plaine, le lever du soleil, les oiseaux (buses et choucas des tours sont très présents sur cette partie du trajet) = Ciel; 3e pont, sur un fleuve cette fois (dans lequel se jettent les 2 rivières déjà traversées) = toujours le lien Mer…

(à suivre ou à compléter)

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Celto-Paganisme, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Scáthcraft : Précisions et définitions

  1. Article très intéressant sur ta démarche, je me reconnais pas mal. Jamais pu coller au druidisme alors même que je pratiquais pour commencer une religion à fond celte. Mais ça ne résonnait pas, ça ne convenait vraiment pas à mes ressentis. Côté rituellique aussi… J’aime bien la façon simple et claire dont tu expliques le détachement progressif, pour aller vers quelque chose de plus instinctif et intériorisé. Ca me ressemble ^^

    Une petite curiosité : « Et puis, j’ai lu, dans les fascicules de l’OBOD, des affirmations pseudo-historiques auxquelles je ne peux pas adhérer (un côté fluffy, là aussi, qui m’a déçue). » ==> fluffy à l’OBOD ah bon ? XD J’avoue que ça m’a étonnée. Je les croyais « sérieux ».

    PS : ton forum, il demande une participation active ou pas ? C’est pour les celtes « profonds » ? Je me suis éloignée de cette voie…. aujourd’hui je suis vraiment plus multiple et instinctive, mais aç me rend curieuse aussi 😉

    • pour le forum, pas de souci, il n’y a pas d’obligation de participation (et il n’y a pas foule non plus, c’est juste un mini-forum pour échanger un peu sur les Celtes)
      pour l’OBOD, ce qui m’a le plus étonnée, c’est de trouver dans un des fascicules que « les Druides sont les descendants des Atlantes » (pas les termes exacts, mais la référence aux Atlantes, j’ai trouvé que c’était moyen XD)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s