Jument

Une lettre pas facile, le J… Du coup, je triche un peu en faisant un article groupé « Jument – Cheval ».

horsecoinsLe cheval était un animal très important pour les tribus Celtes, et sa  domestication a transformé leur culture d’une société de chasseurs-cueilleurs à une société de puissants guerriers, de commerçants et d’agriculteurs. Les chevaux permettaient le travail agricole, le transport des gens et des marchandises, et ils ont permis d’énormes améliorations guerrières.

inverurieBien que l’animal soit aussi source de viande et de lait, il existe un tabou sur la consommation de viande équine dans les pays anglo-saxons, et il est possible, selon Robert Graves (The White Goddess) que ce tabou soit d’origine celte car, en dehors de certains rites, le cheval devient très vite un animal sacré. Les artefacts et les ossements découverts à Newgrange et dans d’autres sites archéologiques prouvent que les chevaux étaient bien établis dans la culture irlandaise vers 2000 avant JC. Ils étaient montés et quelquefois mangés, soit aux périodes de disette, soit lors de fêtes rituelles.

sunchariotLe cheval avait une importance telle que les Celtes l’associaient au soleil : il tirait le chariot de l’astre du jour à travers le ciel, ce qui fait de lui un animal sacré associé au dieu du soleil et du ciel. Certaines statues cultuelles représentent Taranis comme un cheval à visage humain. Le dieu Teutatès, “Père du Peuple,” était souvent représenté comme un cheval barbu, et l’un des noms du Dagda, “Eochaid,” vient d’une racine signifiant “cheval”. coin_statueTacite notait, au 1er siècle, que les prêtres celtes germaniques considéraient que les chevaux pouvaient comprendre la volonté des dieux plus clairement que les hommes et, ainsi, pouvaient révéler des secrets divins.

L’association du cheval avec les étendues d’eau (lacs, rivières et mer) est intéressante : le cheval de Manannan MacLir, le dieu souverain de l’Autre Monde, pouvait voyager sur terre et sur mer, et entre les mondes, avec une même aisance. Plus tard, les mythes romains relient Epona à Neptune, le dieu des océans et des chevaux. Les artistes qui peignent des chevaux émergeant des vagues puisent sans doute leur inspiration dans ces associations mythologiques.

Foam Horses © Lucy Kemp-Welch

Foam Horses © Lucy Kemp-Welch

Si les chevaux ont une place spéciale dans les mythologies du monde, les chevaux que l’on trouve dans les mythes celtes semblent beaucoup plus féminins qu’ailleurs. La jument blanche ou grise est associée à un certain nombre de déesses généreuses et fertiles qui veillent au cycle de la vie : Rhiannon au Pays de Galles, Macha en Ulster, Mala Liath en Écosse, et Epona en Europe.

seren-hafweb0806Ces déesses détiennent aussi la clé qui ouvre les portes de l’Inframonde et, en se transformant en équidé, elles emportent les âmes des défunts au Pays d’Été. Dans la tradition celtique, la période de Bealtaine, période de l’accouplement, symbolise la porte par laquelle l’âme entre dans le monde et la période de Samhain, période de la mort, symbolise la porte par laquelle l’âme quitte le monde. Ces deux portes sont les points fondamentaux du cycle de la vie. « La jument blanche est le seul animal autorisé à voyager librement entre ce monde et l’Autre Monde » (P.B. Ellis) : elle ouvre les portes de la vie à Bealtaine, permettant un grand flot d’énergie. Quand les portes sont refermées à Samhain, elle emporte l’âme dans l’après-vie pour qu’elle soit renouvelée avant sa renaissance.

Souveraineté

Par son association avec le cycle de la vie, et donc avec la sexualité, le cheval représente non seulement la fertilité humaine mais aussi la fertilité de la terre elle-même. En Irlande, les rois s’engageaient dans un mariage symbolique avec une jument blanche pour s’allier à la souveraineté de la terre. UffingtonHorse_CastleLa présence des immenses chevaux blancs dans les collines crayeuses de Grande-Bretagne (comme le cheval d’Uffington, gravé il y a près de 3000 ans par un peuple certes antérieur aux Celtes, mais dont la culture a sans doute eu un impact sur eux) a dû renforcer la conscience des liens qui unissent le cheval et la terre.

Les déesses celtes, en effet, se transforment souvent en juments grises ou blanches, ou galopent à travers les collines sur leurs chevaux clairs. whitehorseUne histoire intéressante concernant Rhiannon, une déesse habituellement douce, montre le cheval comme une représentation de sa puissance et de sa colère : la déesse a invité un jeune mortel sur son île magique, mais, un jour, le jeune homme tente d’abuser d’elle. Furieuse, elle se transforme en jument et charge le jeune homme. Elle le blesse à la cuisse, brisant l’os d’un coup de sabot. La blessure à la cuisse est la marque que la déesse reprend la souveraineté qu’elle avait accordée (chez les Celtes, la souveraineté du roi n’est possible que s’il est sans blessure), c’est aussi une castration symbolique (la cuisse est un euphémisme pour les parties génitales), comme celle du Roi Pêcheur, qui entraîne la stérilité de la terre dans le conte du Graal.

kelpie-2Dans le folklore, la jument est aussi une créature fantomatique qui cause des cauchemars (en anglais, le mot cauchemar, nightmare, signifie jument de la nuit). En Écosse, le kelpie ou Each Uisge hante les lochs et apparaît sous la forme d’un poney qui offre son dos aux voyageurs pour les aider à traverser. Mais dès que la victime est sur son dos, le kelpie devient une créature terrifiante avec d’immenses dents, qui plonge dans les profondeurs du loch emportant son cavalier dans l’Autre Monde. Si ces chevaux folkloriques ont un aspect plutôt négatif, la croyance populaire a conservé le souvenir d’un animal capable de passer d’un monde à l’autre, et accorde au cheval (et à la jument en particulier) des facultés surnaturelles.

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Dieux, Ancêtres et Esprits, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Jument

  1. Eirina dit :

    Superbe article, merci à toi pour cet éclairage très complet sur le cheval et la jument, il restera une de mes références sur le sujet, c’est sûr 😉 grâce à toi, j’ai encore appris des choses !

  2. chemou dit :

    Les slaves portaient aussi un grand intérêt aux chevaux. A ce que j’ai lu, les prêtres utilisaient des chevaux pour faire de la divination, notamment pour savoir si oui ou non ils pouvaient partir en guerre.

    • J’ai effectivement lu ça aussi en cherchant des infos, de même qu’une origine probable indo-européenne de l’aspect sacré du cheval. Ce qui ferait un lien logique entre le chamanisme slave et les Celtes… mais j’avoue ne pas avoir creusé à ce point (pour l’instant, vu que le cheval fait des incursions fréquentes dans mon univers 😉 )

  3. KFD dit :

    « Tacite notait, au 1er siècle, que les prêtres celtes germaniques considéraient que les chevaux pouvaient comprendre la volonté des dieux plus clairement que les hommes et, ainsi, pouvaient révéler des secrets divins. »

    Bonjour,
    Pourrais-tu m’indiquer la source et le contexte exacts de ton affirmation?
    C’est les mots « prêtres celtes germaniques » qui me font tiquer, sachant que les Celtes et les Germains n’avaient pas la même religion (même si la « frontière » entre ces deux familles ethniques reste floue).
    Merci d’avance

    • bonsoir
      je comprends tout à fait, car j’ai eu la même réaction, en faisant les recherches pour l’article, lorsque j’ai vu l’expression « celtes germaniques ». malgré tout, je me suis dit que, vu que les deux peuples ont donné du fil à retordre aux Romains, il n’était qu’à moitié étonnant qu’ils aient été mis dans le même sac par Tacite… je reconnais que je n’ai pas le texte original de l’auteur (ce qui ne me servirait d’ailleurs à rien puisque je ne lis pas le latin), et il est probable que, de traduction en traduction (du latin à l’anglais et de l’anglais au français), des faux sens se soient invités. je n’ai plus le lien où j’ai trouvé cette référence, mais j’ai trouvé ceci qui semble être de la même veine : http://books.google.fr/books?id=4LPrX_F3S-QC (page 369 pour la mention des chevaux).
      =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s