La Quadrature du Cercle

Préambule (www.expressio.fr) : l’expression « quadrature du cercle » désigne un problème impossible à résoudre, un projet irréalisable. En géométrie, la quadrature est l’opération qui consiste à construire un carré de surface rigoureusement équivalente à celle d’une autre figure. Vouloir résoudre la quadrature du cercle consisterait à tracer un segment de longueur pi, ce qui est impossible compte tenu de la transcendance de ce nombre (plus de 200 milliards de décimales).

Cette expression convient parfaitement, à mon avis, à la tentative de définition du Paganisme (avec une majuscule pour sous-entendre qu’il est unique). J’ai brièvement évoqué la question dans l’article sur la communauté païenne, j’y reviens pour donner mon avis un peu plus en détail dans celui-ci.

Quadrature_cercleComment pourrait-on donner une définition globale du Paganisme alors qu’il existe une multitude de mouvements qui s’y rattachent ou s’en rapprochent, mais qui ont des points de vue souvent très différents sur cette définition ? Peut-on seulement trouver des points vraiment communs à toutes ces traditions, plus ou moins anciennes, plus ou moins structurées, plus ou moins acceptées au sein même de la « communauté païenne » ? Si on pose la question « qu’est-ce que Le Paganisme? » à un wiccan, un khémite, un druide, un athée et un chrétien, on obtiendra cinq réponses totalement différentes. Les uns vous diront que c’est « l’Ancienne Religion » (entendez par-là une spiritualité qui remonte à la préhistoire), d’autres vous diront que c’est une reconstruction des religions de l’Antiquité, une philosophie plutôt qu’une religion, un truc New Age un peu « baba cool », marginal et écolo, une lubie d’adolescents boutonneux et gothiques ou un mensonge répandu par le diable pour tromper les brebis égarées… bref, il y en a pour tous les goûts et au final, ces tentatives de définition n’apportent rien et ne font qu’alimenter débats et querelles.

Au cours des vingt dernières années, l’essor des spiritualités néo-païennes s’est doublé d’une diversification très importante. Dans tous les cas ou presque, ces « traditions » sont récentes : la grande majorité a vu le jour au cours du 20e siècle, et les plus anciennes remontent, au mieux, aux courants occultistes et romantiques (grosso modo à partir de la fin du 18e siècle). Au passage, notons que cette réalité historique est souvent très mal acceptée par certains païens, comme si l’ancienneté d’une tradition lui conférait sa valeur (ce qui est loin d’être le cas selon moi, car je pense que la « valeur » d’une spiritualité dépend davantage de sa sincérité et de ce qu’elle apporte en termes de sagesse, plutôt que de son ancienneté).

De toutes façons, même si certaines traditions s’intitulent « Ancienne Religion » ou « reconstruction », il faut bien reconnaître qu’elles n’ont plus grand chose en commun avec leurs modèles anciens, tout simplement parce que les païens d’aujourd’hui ne vivent pas dans le même monde que les païens de l’Antiquité ou de la Préhistoire : l’environnement est différent, les connaissances sont différentes, les besoins et les aspirations sont différents. Soyons réalistes : combien de néo-païens seraient vraiment capables de vivre sans eau courante (sans douche chaude, sans eau potable au robinet), ni électricité (sans ordinateur, sans téléphone portable…), ni gaz (sans allumette ni briquet pour allumer le feu), ni magasin, ni médicament, ni voiture, etc? Combien d’entre nous seraient réellement capables de trouver dans la nature les matériaux et les outils permettant de se fabriquer un abri, de se nourrir et de se vêtir, été comme hiver ?

quadratureIl me semble indispensable d’accepter une bonne fois pour toutes la modernité du néo-paganisme (de ne pas rejeter ni mépriser le « néo » de néo-paganisme, ni le « new » de New Age). Il me semble important de rendre hommage aux anciennes sagesses, certes, mais d’être enracinés dans le présent et de s’intéresser aussi à l’avenir (parce que regretter le « bon vieux temps » n’a jamais fait changer les choses). Mais ce qui est peut-être le plus important à mes yeux, c’est de cesser de vouloir à tout prix entrer en compétition avec les autres spiritualités. A mon avis, la tentative de définition du Paganisme relève surtout de ça : en cherchant à gommer les différences entre les divers courants, on essaie de regrouper sous un même terme le plus de monde possible, dans le but (avoué ou pas, louable ou pas) de rivaliser avec les religions établies.

Si je peux comprendre le besoin des néo-païens (dont je suis) de ne pas être considérés comme (faites votre choix parmi les stéréotypes suivants) des ados qui ont oublié de grandir / des hurluberlus allumés / des sacrificateurs de poulets -ou pire- / des gourous / des victimes de gourous / des imbéciles crédules et obscurantistes, j’ai du mal à comprendre le besoin d’uniformisation qui est sous-jacent à la définition du Paganisme.

Si j’ai suivi la voie païenne (sous plusieurs formes au fil des années), c’est avant tout parce que, pour moi, c’était une forme de spiritualité qui acceptait l’individu en tant qu’individu et non en tant que membre d’un groupe cherchant à devenir de plus en plus grand et de plus en plus puissant. Si j’ai changé de voie païenne à certaines périodes de mon cheminement, c’était justement pour trouver celle qui se rapproche de plus de mes besoins spirituels individuels. Et si j’ai finalement décidé de m’écarter des étiquettes préfabriquées et reconnues, c’est parce que, selon moi, une des caractéristiques principales du néo-paganisme est qu’il permet à chacun d’être un individu et non une brebis au sein d’un troupeau.

D’où l’expression « quadrature du cercle », parce que Le Paganisme unique n’existe pas, parce que le néo-paganisme (sans majuscule et avec le préfixe) est constitué de fleuves, de rivières, mais aussi de petits ruisseaux, qui ont une identité (une individualité) propre et des parcours très différents. Parce que la force du néo-paganisme, à mon avis, est dans sa diversité, sa tolérance, son acceptation de l’individu et la liberté qu’il donne à chacun d’adapter sa spiritualité à ses besoins. Parce que je pense que beaucoup de néo-païens iraient voir ailleurs s’il s’agissait d’un Paganisme unique (uniformisé et donc dogmatique).

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Pensées diverses, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Quadrature du Cercle

  1. Drenagoram dit :

    Bien vu , le Temps change….
    ~
    NéO~

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s