Triple Spirale et Triskel

NGspiralLa triple spirale est un symbole celtique et pré-celtique (on en trouve des exemples dans d’autres cultures, mais sa fréquence chez les Celtes et leurs prédécesseurs fait qu’on l’associe immanquablement à cette culture), que l’on trouve sur un certain nombre de sites mégalithiques et néolithiques irlandais, notamment sur la pierre d’entrée et à l’intérieur de la tombe à couloir de Newgrange.

Considérée par beaucoup comme un symbole des anciennes croyances celtiques et pré-celtiques, le motif apparaît sous diverses formes, gravé sur la pierre de certains monuments et il est probablement à l’origine du triskel que l’on trouvera plus tard dans les manuscrits chrétiens de l’art celte insulaire.

On ignore ce que le symbole signifiait pour les païens qui bâtirent Newgrange  et les autres monuments.  Lorsque le christianisme fit son apparition en Irlande (5e siècle), le symbole prit une nouvelle signification, représentant la Trinité (le Père, le Fils et l’Esprit Saint) et, par conséquent, l’éternité. Sa popularité est intacte de nos jours en tant que symbole de la foi pour les chrétiens d’origine celte du monde entier. Certaines spiritualités néo-païennes, comme le reconstructionnisme celte et la Wicca, utilisent le symbole pour représenter certaines triades de leur système de croyances.

La Triple Spirale est même un des symboles principaux du Paganisme reconstructionniste celte, représentant souvent les “trois royaumes” – Terre, Mer et Ciel – ou un certain nombre de divinités qui sont décrites dans le folklore comme « triples ». Le dieu Manannán est sans doute celui qui est le plus souvent associé au symbole, mais certains l’utilisent comme symbole de la déesse Brighid. Certains Wiccans inspirés par le celtisme utilisent aussi le symbole pour représenter, le plus souvent, le concept de la triple déesse.

Selon Uriel’s Machine par Knight et Lomas (2003), la triple spirale pourrait représenter la période de 9 mois de la grossesse humaine, car le soleil met un quart de l’année pour aller de l’équateur céleste (équinoxe) à sa déclinaison nord ou sud (solstice), et vice versa. Pendant chaque période de trois mois, le trajet apparent du soleil dans le ciel forme une sorte de spirale. Ainsi la triple spirale représenterait 9 mois et fournirait une explication au lien entre le symbole et la fertilité.

sources : en.wikipedia, symbol dictionary

La triple spirale et le triskel (qui en a dérivé) sont liés au chiffre trois, omniprésent dans la culture celte.

Les Trois qui sont au-dessus de moi,
Les Trois qui sont au-dessous de moi,
Les Trois qui sont dans la terre,
Les Trois qui sont dans l’air,
Les Trois qui sont dans le ciel,
Les Trois qui sont dans la vaste mer.
— Carmina Gadelica

trisk3Le 3 est la clé de l’intégrité et de l’interdépendance de toute existence, et il représente presque universellement l’union du corps, de l’esprit et de l’âme. On le retrouve partout dans le monde au fil de l’Histoire. La fréquence du chiffre 3 dans la structure esthétique et spirituelle des cultures celtiques tend à prouver son caractère sacré, tellement imprégné dans ces sociétés que l’utilisation de la triade dans l’art et la littérature celtes a continué après leur conversion au christianisme.

La société celte antique était organisée en trois fonctions ou castes : la caste sacerdotale, dont la fonction était le sacré, était chargée de la relation entre les humains et les pouvoirs divins ; la caste guerrière, dont la fonction était de défendre la société via la guerre et la magie ; la caste artisanale (producteurs, agriculteurs, éleveurs, commerçants), dont la fonction était d’assurer l’abondance dans la société.

En ce qui concerne les divinités, le concept de « triplisme » est largement représenté dans l’iconographie de la Gaule, de la Grande-Bretagne et de l’Irlande. Il y a de nombreuses représentations de dieux tricéphales. Dans les textes irlandais, plusieurs trios de déesses sont mentionnés : le Lebor Gabála Érenn explique que l’île d’Irlande est personnifiée par Ériu, Banba et Fótla. Les déesses de la guerre forment aussi une triade composée de la Mórrígan (Grande Reine), Badb (Corneille) et Macha (Plaine), cette dernière étant parfois remplacée par Nemain (Panique).

3mothersDe la même manière, Brigit est une déesse triple puisque, dans le Sanas Cormaic (vers 900 AD), elle a deux soeurs du même nom qu’elle. La première Brigit possède filidhecht, ‘poésie, divination et prophétie’, tandis que les deux autres président respectivement à la guérison et au travail de la forge.

Le triplisme divin remonte à la période indo-européenne, mais le concept a survécu très fortement dans la littérature galloise et irlandaise, ainsi que dans l’iconographie gauloise et britannique. On peut donc en déduire que le trois possède, au-delà de tout doute, une forte dimension magico-religieuse chez les Celtes.

sources : theses.univ-lyon, ezinearticles, danann.org 

A propos Caitlín Urksa nic Mhorrigan

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Celto-Paganisme, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Triple Spirale et Triskel

  1. Alan dit :

    Il est notable que ce « triplisme » est également omniprésent dans le bouddhisme (trois joyaux, trois poisons, trois déités principales etc…), dans le triangle franc-maçonique, dans les religions, juives, chrétiennes (quand vous lisez TRISKEL et LE KRIST ne remarquez-vous rien?), musulmanes, dans les structures de la plupart des sociétés ou, hélas, dans des groupes moins recommandables tels que les triades maffieuses, mais aussi dans notre vie de tous les jours: les trois couleurs primaires, le tiercé, le troisième âge, et la liste pourrait s’allonger indéfiniment. Symboliquement, le 3 n’est-il pas la dose d’instabilité qui va nous permettre de sortir de la (trop) stable dualité pour retrouver l’unité? Il n’y a pas que le blanc et le noir, il y a aussi le gris et, en fin de compte, le noir n’est-il pas qu’une forme extrême de gris, et le blanc aussi d’ailleurs. Pour conclure de façon plus légère, faisons quelques pas de valse … à trois temps évidemment !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s