Bipolaire…

Ça fait quelque temps que je le sais, mais j’ai envie/besoin de poser cette « valise » sur ce blog, parce que je pense que c’est nécessaire à la compréhension de certains « passages à vide ».

source : ici

Il arrive à tout le monde de vivre des périodes de bonheur, de tristesse, d’excitation et d’être confronté à certaines difficultés. Cependant, dans le cas des troubles bipolaires, ces changements sont hors de proportion. Les troubles bipolaires entraînent des dérèglements de l’humeur se manifestant par des phases de dépression et d’excitation (manies). Ces phases apparaissent soit en réaction au stress, soit sans raison apparente et peuvent être d’intensité variable et s’entrecouper de périodes de stabilité. C’est une condition médicale qui est caractérisée par des changements dans le fonctionnement du cerveau.
Symptômes en phase dépressive (je coche ce qui me concerne à partir d’ici):
Sentiment de tristesse, humeur dépressive pratiquement toute la journée, presque tous les jours et pendant au moins deux semaines tick
Perte d’énergie et fatigue tick
Perte de l’intérêt et du plaisir tick
Troubles du sommeil (insomnie ou hypersomnie) tick
Troubles de l’appétit avec perte ou gain de poids tick
Agitation ou ralentissement psychomoteur tick
Baisse de concentration ou de l’aptitude à penser, ou indécision tick
Sentiments de culpabilité
Soudain retrait social ou comportements agressifs subits tick
Pensées de mort récurrentes (60 % des cas) tick; idées suicidaires récurrentes (15 % des cas)
Symptômes en phase de manie :
Estime de soi augmentée ou idées de grandeur
Énergie débordante et bonheur intense ou irritabilité excessive tick
Réduction du besoin de sommeil tick
Débit de la parole accéléré ou besoin de parler sans arrêt tick
Pensées rapides ou sensation d’un trop plein d’idées tick
Distractivité : incapacité à fixer son attention tick
Recrudescence de l’activité aux plans social, professionnel ou scolaire
Agitation psychomotrice tick (épisodes de grande maladresse pour moi), augmentation de l’énergie
Plaisirs augmentés de façon excessive et à haut risque de conséquences négatives : achats, sexualité, investissements financiers tick
Les personnes affectées peuvent également faire l’expérience d’idées délirantes et d’hallucinations. tick (mais bon, ce qui est délirant pour les psy ne l’est pas forcément pour les païens...)
Qui en est atteint?
Les premiers symptômes se déclenchent généralement entre l’âge de 15 et 25 ans. tick Par contre, les symptômes plus graves apparaissent habituellement vers l’âge de trente ans tick. Autant d’hommes que de femmes sont atteints de troubles bipolaires.
Les causes
Les troubles bipolaires ne sont pas encore tout à fait compris par les chercheurs. Ces troubles impliquent plusieurs gènes, rendant ainsi les symptômes et les traitements différents pour chaque individu, et expliquent l’incidence plus élevée dans une même famille. Les déclencheurs de la maladie chez les personnes vulnérables génétiquement comprennent : l’utilisation de stimulants ou de drogues, un niveau élevé de stress et un manque de sommeil.
Les traitements
Le traitement biologique : les stabilisateurs d’humeur sont la pierre angulaire du traitement. Il existe trois principaux stabilisateurs de l’humeur utilisés dans le traitement et la prévention de la maladie bipolaire : le Lithium (lithium), l’Épival (divalproex) et le Tégretol (carbamazépine).
Les psychothérapies : la psychoéducation est une thérapie très efficace pour les gens qui souffrent de troubles bipolaires. Le but est de développer des stratégies d’adaptationtick ou de prévenir les épisodes de manie en régulant le sommeiltick, l’alimentationtick et la pratique d’activités physiques.
La triade : stabilisateur de l’humeur, hygiène de vie (routine) et travail personnel (psychoéducation) sont généralement le chemin vers la stabilité.

Personnellement, j’ai testé le traitement biologique pendant quelques mois mais ses effets sur ma Muse étaient trop radicaux et j’ai préféré arrêter. Par contre, j’ai fait de très gros efforts sur mon rythme de vie (la créature de la nuit qui se couchait bien après minuit a fait place à une « Mamie » qui se couche avant 22h) et je dois reconnaître que c’est payant. Les épisodes dépressifs et maniaques sont beaucoup plus rares. J’ai aussi fortement diminué ma consommation d’un certain soda de couleur brune (diminution certes compensée par une plus grande consommation de thé et de café) et réduit mon addiction à ce soda. Depuis un mois et demi, j’essaie de réduire une autre addiction (plus difficile, malgré le substitut électronique). Et j’ajoute à cela, bien sûr, le travail personnel entrepris dans le cadre de ma spiritualité, même s’il n’est pas du tout reconnu médicalement.

Le bilan : après 2 ans de changements, il y a de nets progrès. Les montagnes russes sont moins fréquentes et d’une amplitude moindre. Je suis consciente qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre la stabilité, mais ça progresse, et c’est déjà énorme par rapport à ce que c’était (et j’en connais une qui pourra le confirmer, même si je vais me faire pourrir quand elle va lire cet article – je te zaime, ma Soeur).

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Sorcière proto-celte, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Bipolaire…

  1. Nathalie Iiozon dit :

    Et ben pas top ça !! En tout cas j’espère que petit à petit tu vas arriver à trouver les choses qui font que tu iras mieux. Pleins de bises.

  2. Drenagoram dit :

    Bon vent à ton étoile

  3. Abyssane Moon dit :

    ah bah je suis contente de voir que je ne suis pas la seule et que toi aussi tu a trouvé un remède grâce à la spiritualité 🙂 Même si certaines crises sont très dure à gérer je ne peu que te comprendre. Courage ❤

  4. merci ^^ comme je l’ai écrit, les progrès en 2 ans de « prise en main » sont très prometteurs. le yoyo continuel (ça va, ça va pas) qui s’était vraiment accentué vers l’âge de 30 ans, au point de devenir complètement ingérable (et de me créer d’énormes problèmes professionnels, entre autres), a nettement ralenti. et rien que ça, c’est un soulagement ! les hauts sont moins hauts, les bas sont moins bas, et j’ai repéré des signes avant-coureurs aux phases qui me permettent de désamorcer le processus de plus en plus souvent. c’est pour ça que j’avais besoin de mettre tout ça par écrit, c’est déjà une grande victoire ^^

  5. Elodie dit :

    Quel courage de partager tout ça. Je comprend le besoin de poser par écrit. De mon côté je pense que j’ai à creuser vers l’hypersensibilité. Mais avec beaucoup de points communs dans les symptômes. Merci des pistes que tu donnes, et de préciser les apports de notre foi. Je la vis à travers la méditation et la sophro depuis qq temps. C’est devenu un besoin. Cet article me touche, évidemment. Je t’envoie de chaleureuses et amicales pensées.

  6. Yanis Volcos dit :

    C’est un article vraiment touchant, je le pense également. J’ai d’ailleurs pris le temps de bien e lire (à la mesure de l’intensité du partage qui est fait avec cet article). On ne peut qu’avoir des pensées affectueuses et amicales et je ne me priverai pas pour t’en envoyer quelques-unes à cette occasion, maintenant que je commence à être un « compagnon de route numérique » de ce « chez-toi » virtuel.

  7. Pas facile d’admettre de telles choses, bravo pour le courage ! E tbn cheminement vers l’équilibre 🙂

  8. merci =) en fait, ce n’est pas si compliqué. comme on le disait sur FB avec Aranna, il faut juste envoyer bouler les tabous. car il faut reconnaître qu’en France, dès qu’on prononce les mots « psychiatre », « psychothérapie », « dépression », etc, les gens ne vous regardent plus pareil, comme s’il s’agissait d’une maladie honteuse.
    je ne suis pas cinglée (enfin, pas plus que le commun des mortels), je ne me prends pas pour Napoléon, et les voix que j’entends ne me disent pas « tu dois découper les orteils de toutes les mamies qui portent du bleu ».
    j’ai juste des sautes d’humeur plus ou moins incontrôlées, qui me bouffent toute motivation ou qui me transforment en boîte à paroles (les autres soucis sont moins visibles), parce que mon cerveau ne sait pas gérer le stress. je vivais avec depuis le lycée sans le savoir, je n’ai découvert que tardivement que cette maladie avait un nom et qu’on pouvait la traiter.
    après, mes choix perso sont d’éviter les traitements chimiques (j’en ai tout de même essayé plusieurs lorsque le diagnostic a été posé) et d’utiliser mes petites connaissances en psycho et ma spiritualité pour m’auto-soigner.
    enfin, et surtout, si j’ai publié cet article, c’est pour dire à ceux qui sont atteints de ce trouble (ou d’autres troubles psy / neuro) qu’il y a de l’espoir et que rester dans son coin à ruminer et à culpabiliser n’est pas la solution (au contraire, c’est en faisant ça que ça s’aggrave, en général).

  9. sandrine dit :

    Courage à toi,
    Ayant moi-même des troubles de l’humeur, liés à un déficit en sérotonine, je comprends que c’est difficile à vivre, souvent pour l’entourage, d’ailleurs. Je suis en train de tester la Rhodolia, avec succès, d’ailleurs !

  10. Sighild dit :

    Bonsoir à toi, je suis ton blog quand je peux, mon travail m’épuise sur pas mal de plan et j’ai peur d’être à cocher pas mal de cases pour l’aspect dépression : stress, angoisse, sensibilité plus accrue, troubles du sommeil, fatigue, bref le cercle vicieux. Pour moi, il y a une cause : un travail exigeant. Je n’ai pas encore une spiritualité bien posée dans ma vie mais merci pour ce post car je me sens un peu moins seule. Courage à toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s