Sorbier – Luis

Les sorbiers et les alisiers sont des arbustes ou des arbres qui croissent notamment dans les forêts collinéennes et montagnardes. Plusieurs espèces ou hybrides sont cultivés comme ornemental. Les sorbiers et les alisiers sont caractérisés par des fruits globuleux, rouge corail, orange ou brun, appréciés des oiseaux. Leur bois blanc rougeâtre, rouge brunâtre, au grain serré, est utilisé en ébénisterie.

Le Sorbier des oiseleurs ou Sorbier des oiseaux (Sorbus aucuparia L.) est un petit arbre qui peut atteindre les quinze mètres de haut. Il vit principalement en lisière de forêt d’épicéas. Le sorbier est cousin avec le cormier.

L’arbre dépasse rarement 15 mètres. Il peut vivre 120 ans. Il pousse dans les bois, les forêts et les haies, dans les landes et les lieux rocheux, souvent en altitude (en moyenne montagne), sur sol léger. Ses feuilles sont composées de 17 ou 15 folioles lancéolées doublement dentées reliées au pétiole.

Surprise. Le sorbier est incroyablement adaptable dans son choix d’un lieu pour pousser : le lit d’une rivière asséchée, les rocailles, les montagnes, il lui arrive même de s’installer dans un autre arbre. Il nous rappelle que l’on peut trouver la connexion avec le divin à des moments et dans des lieux où on ne l’attend pas. De manière plus générale, il nous rappelle qu’une surprise est toujours possible et que nos projets, même les mieux préparés, peuvent être perturbés par un aléa. Il nous encourage aussi à faire confiance à nos intuitions, quitte à surprendre les autres et à paraître « bizarre ».

Les branches sont lisses, grisâtres. Les feuilles sont pennées, à 5 ou 7 paires de folioles finement dentées, vertes des deux côtés, légèrement duveteuses au revers. Il fleurit en mai-juin, et ses fruits sont à maturité à la fin de l’été. Les fleurs blanches, à 5 pétales, sont groupées en corymbes. Elles ont une odeur forte, peu agréable. Les fruits, les sorbes, sont des baies rouges orangées très appréciées par les oiseaux, notamment les grives.

Détermination. Même s’il ne vit pas très longtemps, le sorbier rayonne de confiance. Un des premiers arbres à bourgeonner au printemps, capable de prospérer même dans des environnements extrêmes, il nous enseigne la détermination dont nous avons besoin pour transformer nos idées en actions. Plus proche du soleil que bien des arbres, par l’altitude à laquelle il peut pousser, il met l’accent sur l’inspiration créatrice et nous accompagne dans notre recherche spirituelle.

En automne, le sorbier porte des fruits rouges (sorbe) ou jaunes (variétés ornementales). Ils sont sphériques et petits (fausse drupe) plus ou moins persistants. Ces fruits persistent longtemps sur l’arbre en hiver, ce qui lui donne un intérêt décoratif indéniable, et surtout constitue une réserve de nourriture pour les oiseaux. Les fruits crus ne sont pas comestibles pour les humains car ils contiennent de l’acide parasorbique au goût âpre et amer, pouvant provoquer des vomissements. L’acide parasorbique se neutralise par une cuisson prolongée et permet de fabriquer gelées, confitures, préparations alcoolisées et autres mets à partir de baies de sorbier, traditionnels notamment en Europe du Nord. Ces mêmes baies contiennent naturellement du sorbitol, qui tire son nom de la plante, édulcorant et purgatif.

Protection. Le sorbier a longtemps été vénéré par les Celtes pour son équilibre et sa robustesse. Son nom en anglais, rowan, pourrait venir du mot nordique rune, ou du gaélique rudha-an, qui signifie le rouge. Les druides considéraient le sorbier comme réceptacle sacré de l’énergie protectrice. L’arbre a une vibration élevée qui transforme naturellement les énergies basses (négatives). Ses fleurs blanches, en outre, sont un symbole de purification. Les fruits qu’elles produisent possèdent à leur base un petit pentagramme, symbole ancien de protection.

Autre Monde. Avec ses fleurs blanches et ses baies rouges, le sorbier nous offre un coup d’oeil sur l’Autre Monde. L’association du rouge et du blanc, dans la pensée celtique, est une image puissante du sidh et de la magie. Le sorbier fait partie des essences utilisées pour la crémation des défunts, symbolisant à la fois la mort et la naissance. C’est un arbre passerelle entre ce monde et l’Autre Monde, qui ouvre le passage pour les défunts et les shamans.

Divination. Son bois est également brûlé pour apporter l’inspiration et utilisé pour façonner des outils de divination (runes et baguettes, notamment). La tradition écossaise interdisait d’ailleurs d’utiliser le bois de sorbier pour un autre usage que rituel ou magique. Le sorbier aide à clarifier la pensée et à libérer notre inspiration, il nous apprend à élargir nos perspectives pour mieux comprendre notre place dans l’univers.

En France, il est assez commun en forêt et au bord des chemins, dans les montagnes jusqu’à 1500 m d’altitude, plus disséminé en plaine. C’est une essence de lumière. Il préfère les climats tempérés et humides, et se trouve plus rarement en zone méditerranéenne. À haute altitude, il prend un port rabougri de buisson.

sources : druidnetwork, elen sentier, rowan, the goddess tree, the pagan and the pen

000latenedivsmallsorbiersPropriétés Médicinales :

Les baies contiennent une forte concentration de vitamine C, elles ont été utilisées comme tonique, et comme purgatif et laxatif léger. Les baies mûres peuvent servir de gargarisme astringent contre les maux de gorge et les angines. L’infusion astringente peut aussi traiter les hémorrhoïdes.

Propriétés Magiques :

En méditation, le Sorbier éclaircit l’esprit et ouvre l’inspiration. Il est traditionnellement utilisé en magie pour la protection. Une canne en Sorbier protège les promeneurs. Les baies (séchées, cuites ou fermentées) peuvent être incluses dans des potions pour augmenter la clairvoyance, pour la guérison et pour donner des forces dans l’effort. (Ne pas consommer les baies fraîches, car l’acide parascorbique qu’elles contiennent détruit la vitamine C). Une infusion à froid des fleurs peut  être utilisée pour marquer les portes, charger les outils ou nettoyer les outils de divination.

Sources : botanical, The Goddess Tree, seeliecourt

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Plantes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s