Esprit Sauvage

Je n’ai pas pu résister, il a fallu que j’aille sentir l’esprit du fleuve, sentir sa puissance sauvage, et en faire quelques photos.

Dès l’arrivée, son grondement est assourdissant, et je reste scotchée sur les marques au sol qui montrent le point maximal de cette crue.

200914reals6Impressionnée, j’avance vers le fleuve… Je me sens comme une fourmi face aux flots encore furieux (malgré 2 jours de décrue), mon instinct animal me rend plus sensible aux bruits et aux odeurs. Je suis aux aguets, le coeur battant, prête à fuir au moindre signe supplémentaire de danger…

200914reals2Les repères habituels sont submergés, le chemin aménagé est une cascade, mes yeux ne savent plus où se poser, fascinés par des détails qui me font tourner la tête.

200914reals9

200914reals8Il ne reste plus qu’une seule trace de l’activité humaine, cette ridicule affichette qui a tenu bon. Les poteaux colorés qui servent aux canoés ont disparu, les rochers bétonnés qui forment des rapides artificiels avant les véritables rapides sont invisibles sous les flots. Et l’esprit du fleuve rit de ma désorientation…

200914reals3

200914reals4… un rire sauvage, méprisant pour l’humaine que je suis. Il gronde devant moi, indompté et indomptable, terrifiant et sublime.

200914reals7cAvec respect, je dépose mon offrande près de l’eau et je repars, la tête pleine de son rugissement sauvage…

200914reals5c

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Les Terres Rouges, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Esprit Sauvage

  1. Vincent dit :

    Voici un très bel article. j’ai vécu toute mon enfance dans une maison avec une rivière juste derrrière nous. On l’appelle par son nom, c’est comme un membre de la famille. On s’y est baigné, on s’y est baladé, on y a joué et on a tremblé quand elle était en cru. Une fois, elle a entouré toute notre maison. On ne pouvait plus sortir. Mais par miracle, elle n’est pas rentrée dans la maison. Habiter à côté d’une rivière, c’est agréable. L’air y est bon, toute l’année. mais une rivière, c’est imprévisible et quand elle gronde, il est impossible de la calmer, elle est peu sensible aux prières.

  2. Wick Bemjago dit :

    Je suis allée voir c’était très impressionnant !! Un certain magnétisme se dégageait de l’ensemble du paysage !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s