Grenadier et Grenade

La grenade est le fruit du grenadier (Punica granatum), arbre de la famille des Lythracées. Son aire de répartition native se situe en Asie occidentale et centrale.

Également répandu dans le bassin méditerranéen, le grenadier a été cultivé depuis la préhistoire. On a retrouvé, entre autres, une grenade fossilisée datant de l’âge du bronze en Jordanie, et des grenades en guise d’offrandes funéraires dans la tombe d’un haut fonctionnaire égyptien de l’époque de Ramsès IV.

(…)

C’est un petit arbre monoïque auto-fertile à port arbustif des régions méditerranéennes, qui peut atteindre 6m de haut et vivre jusqu’à 200 ans. Mais est le plus productif dans ses 20 premières années de fructification.

Ses feuilles, généralement caduques, même si certaines variétés sont persistantes, sont opposées et mesurent 3 à 7 cm de long sur 1 à 2 cm de large.

grenade3Ses fleurs rouge vif mesurent 3 cm de diamètre. Elles apparaissent en trois vagues, de mai à août. Les fruits de la première floraison sont ceux qui donnent les plus gros fruits. Seul 1/3 des fleurs donne un fruit car les 2/3 des fleurs sont mâles.

(…)

(…)

Le fruit, en forme de pomme, passant avec le temps du vert au rouge orange, est considéré comme un cas limite de baie puisque la pulpe n’est ni charnue ni filandreuse.

Son diamètre peut atteindre 10 centimètres et elle est divisée par de nombreuses parois formant des loges contenant de nombreuses graines triangulaires (jusqu’à 15 mm) entourées d’une enveloppe translucide très juteuse de couleur rouge foncé à rose clair.

(…)

(…)

Il y a en moyenne 600 graines dans chaque fruit. Selon les variétés, la maturité des fruits est atteinte entre 5 et 8 mois après la première floraison. Les fruits sont cueillis de septembre à décembre, et ils ne continuent pas à mûrir après la cueillette.

Les fleurs fraîches du grenadier sont utilisées en infusion contre l’asthme. L’écorce du fruit est utilisée contre la dysenterie et l’écorce du tronc et des fruits est utilisée comme plante tinctoriale. En cuisant les fruits, on obtient une encre noire comme jais.

Une seule grenade apporte près de 40% de nos besoins quotidiens en vitamine C. Très riche en antioxydants, elle retarde le vieillissement des cellules et réduit le risque de maladies cardio-vasculaires. En médecine traditionnelle, la grenade soigne les troubles d’érection, les toux persistantes (en gargarismes), les diarrhées, la colique et la fièvre. L’écorce est également employée comme vermifuge. Selon plusieurs études, la grenade pourrait retarder le développement du cancer de la prostate et freiner l’apparition des cancers urinaires et digestifs. Elle améliorerait l’état des diabétiques de type II (modérés) et apaiserait les rhumatismes inflammatoires.

Symbolisme

En Égypte antique, la grenade était vue comme un symbole de pouvoir, d’ambition et de prospérité. Elle était placée dans les tombeaux des dignitaires, mais aussi fermentée pour en faire un vin capiteux. Les anciens Chinois pensaient que le jus de grenade contenait un « concentré d’âme » qui conférait l’immortalité. Les Babyloniens croyaient que mâcher des grains de grenade avant la bataille rendait les soldats invincibles.

Dans la Grèce antique, la grenade était associée aux divinités des Enfers, Hadès et Perséphone. Hadès enleva Perséphone à sa mère Déméter et l’emmena aux Enfers. Zeus décida que la jeune fille pourrait retourner auprès de sa mère si elle n’avait rien mangé aux Enfers. Peu avant son départ, Hadès lui mit six grains de grenade dans la bouche. Puisqu’elle avait bien mangé quelque chose aux Enfers, elle dut régner un tiers de l’année aux Enfers avec Hadès et put passer les deux autres tiers auprès de sa mère. Ainsi la grenade symbolise le mariage, la fertilité, mais aussi la vie et la mort. Héra est souvent représentée tenant une grenade, ou portant une couronne en forme de grenade.

Certains théologiens chrétiens pensent que ce fut une grenade, et non une pomme, qui tenta Eve. Le fruit représente aussi la résurrection et l’immortalité. Dans le Judaïsme, les grenades furent l’un des fruits ramenés à Moïse par les éclaireurs pour montrer que la Terre Promise était fertile. La couronne du Roi Salomon, en outre, avait la forme d’une « couronne » de grenade. Dans l’Hindouisme, la grenade symbolise la prospérité et la fertilité.

Magie

La grenade est depuis des temps immémoriaux symbole de fertilité, de puissance, d’immortalité et de sexualité. Elle a aussi de nombreuses propriétés magiques : la fertilité, la richesse, la protection et la chance.

Manger les grains augmenterait la fertilité féminine. La peau et le zeste sont également séchés pour être utilisés dans des sorts visant à faciliter la conception. Les grenades sont aussi porteuses de chance. On peut faire un voeu avant de manger une grenade. Mettre 3 grains de grenade dans son porte-monnaie attirerait l’argent, et ajouter du zeste séché à votre encens sera bénéfique pour votre chance comme pour votre compte en banque.

Le bois de grenadier, quant à lui, peut être utilisé pour attirer la prospérité, mais aussi pour repousser les énergies et personnes négatives (en accrochant une branche au-dessus des portes et fenêtres).

sources : wikipedia (botanique), doctissimo (médicinal), elliepotts, homes4her, 2witches1blog, wikisymbol (symbolisme et magie)
Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Plantes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Grenadier et Grenade

  1. Vincent dit :

    Un petit retour sur la synchronicité pour moi avec ton post et les peintures de cavernes. La synchronicité a attiré mon attention sur le terme la « Déesse sans nom » qui est apparu dans le commentaire de Brume Follet le soir. Si les déités existent vraiment, ce soir-là j’ai pris cette appellation comme un petit clin d’oeil de La Morigan, car lors de méditations, dans mon imaginaire, La Morigan souhaite depuis des mois que je l’invoque. Mais je résiste, je m’y oppose. Sa part d’ombre, si elle me fascine pourtant, m’en empêche. Je l’ai souvent imaginé perdre patience. Mais au final, alors que je ne l’invoque pas, c’est la déité la plus présente aujourd’hui. La déesse sans nom, ça m’a fait rire alors, c’était comme un rappel sympa de sa part, qu’elle est là malgré que je ne la nomme pas.

    Dans les jours qui ont suivi ton post, j’ai croisé 2 fois l’oracle des chamans qui a alors attiré mon attention : il y a une peinture des cavernes sur la boîte. Le chamanisme ne m’attire pas du tout, mais ce soir, je me suis décidé à suivre la synchronicité en le prenant.

    Pour les grenades, j’ai fait un petit travail artistique le mois dernier sur Hadès et Percephone, que je dois terminer (j’ai filmé des petites grenades trouvées dehors). Aussi, ça m’a fait plaisir de découvrir ton post.

    Bon Samhain 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s