Polypore du Bouleau

Le polypore du bouleau, Piptoporus betulinus, est un champignon lignicole, saprophyte, dont le carpophore charnu porte des tubes disposés en couches minces.

Polypore-du-bouleau4Le polypore du bouleau a la forme d’une hernie ou d’un rein dans son jeune âge, puis il s’étale pour prendre la forme d’un beau chapeau (jusqu’à 20cm de diamètre) épais, qui s’arrondit vers le bord de sa face inférieure. Il est couvert d’une cuticule séparable, lisse, gris-brun beige. La marge est plus claire, arrondie, débordant sur des tubes blancs très courts (2 à 8mm), séparables sur les sujets adultes. Son pied est généralement court, peu distinct du reste du chapeau ou souvent nul. Sa chair épaisse, blanche ou légèrement jaune, est tendre, presque gélatineuse dans la jeunesse, qui prend vite une consistance de liège, grumeleuse et friable. Elle dégage une odeur aigrelette et a une saveur acidulée.

Polypore-du-bouleauTrès commun, visible toute l’année, le polypore du bouleau est exclusivement lié aux bouleaux affaiblis ou morts encore sur pied. Il colonise l’hôte à partir du sommet de l’arbre puis, petit à petit, jusqu’à la base. Une fois l’arbre à terre, Piptoporus betulinus continue bien sûr à le coloniser tant que le substrat lui permet de se développer.

polypore du bouleau300toxiqueC’est un champignon qui n’est pas comestible, mais qui est utilisé depuis des millénaires comme anti-parasitaire. Ötzi, la momie des Alpes, vieille d’environ 4 500 ans, portait des morceaux de ce champignon enfilés sur des lanières de cuir (sans doute à des fins médicinales, puisque son système digestif était infesté de vers).

BirchPolypore_OtsiThong
Coupé en dés et bouilli en décoction pendant 3 à 4 heures, le polypore du bouleau contient un nombre important de substances actives aux propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires, antiseptiques et anti-virales. C’est aussi un tonique du système immunitaire, qui aide à arrêter l’écoulement sanguin et peut être utilisé comme pansement anti-infectieux. Le champignon était aussi utilisé pour transporter les braises d’un feu de camp à l’autre.

En magie, on peut l’utiliser pour ses propriétés guérisseuses, pour calmer les nerfs, éliminer la fatigue, et panser les plaies, que ce soit au niveau physique, moral, spirituel ou éthérique.

Par ailleurs, son lien avec le feu en fait un bon ingrédient pour tout ce qui concerne le foyer, notamment pour la protection des membres de la maisonnée.
(NB pas de source, utilisation magique empirique)

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Plantes, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s