Cognassier

coing0Le Cognassier, Cydonia oblonga (en anglais quince), est un arbuste ou petit arbre de la famille des Rosacées, originaire des régions tempérées du Caucase et d’Iran. C’est l’unique représentant du genre Cydonia.

Il n’y a pas de documentation archéo-botanique sur la culture de ce fruitier, mais les sources littéraires semblent indiquer qu’il aurait atteint les régions méditerranéennes à l’époque classique.

Le fruit était en effet connu dans la Grèce antique, la variété la plus appréciée venant de la région de Kydonia sur la côte nord-ouest de la Crète.

coing1Le cognassier est un petit arbre à feuilles caduques, mesurant 5 à 8m de hauteur et 4 à 6m de large, au port érigé et buissonnant, au tronc tortueux et à l’écorce décorative. Les jeunes rameaux sont tomenteux. Le bois du cognassier, odorant et veiné de blond, est recherché par les ébénistes pour la marqueterie et par les luthiers pour fabriquer des instruments de musique.

Son feuillage est pubescent (couvert d’un léger duvet sous ses feuilles). Les feuilles sont alternes, simples, ovales, de 6 à 11cm de long, à bord pubescent. Leur vert intense devient jaune et rouge en automne.

coing3

Le cognassier nécessite une période de froid (au-dessous de 7°C) pour fleurir correctement. En mai, il produit des fleurs de 4 à 5cm de diamètre, à 5 pétales de couleur blanc rosé et très odorantes. L’arbre est auto-fertile, mais son rendement sera amélioré par une fécondation croisée.

Cousin du pommier et du poirier, le cognassier produit, comme eux, des fruits à pépins, les coings, appelés aussi pommes d’or ou poires de Cydonie.

coing4

Les fruits immatures sont verts et cotonneux en surface, ce voile disparaissant avant la fin de l’automne, lorsque le fruit change de couleur et devient jaune doré.

Volumineux et très odorants, les coings mesurent de 7 à 12cm de long sur 6 à 9cm de large.

coing6

La maturité complète du coing, en octobre-novembre, demande un climat à longue période de chaleur. Il peut alors être consommé cru. Sous le climat français, certaines variétés peuvent parfois arriver à maturité quasi complète avec un automne particulièrement chaud. Sinon, les coings restent durs, astringents et acides et ne peuvent être consommés qu’après cuisson. Ils pourrissent très vite, leur conservation est difficile.

coing5Le cognassier préfère une exposition très ensoleillée et abritée du vent, mais c’est un arbre rustique qui peut supporter le gel jusqu’à -25 °C. En France, on le trouve surtout dans le Midi, mais il pousse partout, dans les haies et sur le bord des cours d’eau. Il pousse sur des sols, de préférence silico-argileux, mais il peut s’adapter à des terrains calcaire s’ils sont frais et bien drainés.

Propriétés Médicinales

La pulpe du fruit est employée en infusion contre les troubles gastriques et il a une action antiseptique et protège la muqueuse intestinale. Les fibres se trouvent en grande quantité dans le coing, ce qui lui confère ses propriétés anti-diarrhéiques. Toutefois, chez les sujets aux intestins paresseux, il peut se transformer en aliment constipant. On le proscrit également chez les femmes enceintes car son taux de mucilages extrêmement élevé pourrait déclencher des ballonnements.

coing8

Son astringence le fait employer aussi contre les maux de gorge, les aphtes et les gingivites.

Antispasmodique et calmant, il harmonise le foie et l’estomac et apaise les contractures musculaires. Tonique, il a une action régulatrice sur le métabolisme des graisses et des sucres.

coing2

Très adoucissant, il est utilisé contre les gerçures, les engelures, l’eczéma, les brûlures, les conjonctivites, les hémorroïdes, ainsi que contre la digestion difficile et les brûlures d’estomac.

Séchés, les pépins sont utilisés en décoction ou en infusion pour apaiser la toux, et en cataplasmes pour soulager les inflammations articulaires ou les gerçures.

Propriétés Magiques

Féminin, Saturne, Terre.
coing7Dans l’Antiquité, le cognassier symbolisait la fertilité et l’amour. On l’utilisait dans les cérémonies dédiées à Aphrodite/Vénus. Cadeau rituel fait à l’occasion de mariages, il encourageait la fidélité, et partager un coing assurait un mariage heureux. Plutarque rapporte que les mariées grecques grignotaient du coing pour parfumer leurs baisers avant d’entrer dans la chambre nuptiale.

Pline l’Ancien le décrit comme efficace pour protéger contre les malédictions. Porter 7 pépins de coing dans un sachet accroché au poignet protègerait des dangers. Le coing est utile pour repousser les énergies des personnes négatives.

Sources : jardinage.ooreka, pommiers, nature-jardins, homejardin, mr-plantes, complements-alimentaires, futura-sciences, pagansworld, alchemylab, witchesofthecraft, A Kitchen Witch’s World of Magical Food de Rachel Patterson
Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Plantes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s