Offrandes d’Automne

RTKN Grande-Ourse est fortement présente depuis quelques jours. Le temps a changé, les températures sont plus fraîches et elle ressent probablement l’appel de la tanière car elle manifeste sa faim. Il faut dire que la sécheresse de l’été a un impact non négligeable sur la production des baies et des fruits secs dont les ours se nourrissent de la fin de l’été à l’automne. Les balades faites depuis qu’il fait moins chaud m’ont montré le triste résultat de cet été de canicule : les châtaigniers sont desséchés et sans fruits, les mûres et les prunelles ont, pour la plupart, séché avant d’atteindre leur maturité.

Du coup, j’ai profité de la balade du jour pour ramener sur mon autel quelques offrandes pour Grande-Ourse : du raisin que j’ai grapillé (il reste pas mal de petites grappes qui n’ont pas été ramassées par les vendangeurs), des sorbes (ou cormes), des baies de salsepareille, quelques prunelles (qui se trouvaient sur des branches cassées/arrachées par le tracteur qui « taille » les bordures des vignes avant les vendanges), et des glands de chêne vert.

20161012_offrandesDans les jours et semaines qui viennent, je vais surveiller de très près les grenades, qui seront bientôt mûres, ainsi que les arbouses.

20161012_grenadeEt je tenterai d’ajouter quelques marrons (faute de châtaignes…).

Si la pluie annoncée est effectivement importante, des champignons devraient commencer à apparaître, qui s’ajouteront aux offrandes faites à Grande-Ourse d’ici à Samhain.

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Sorcière proto-celte, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Offrandes d’Automne

  1. J’ai beaucoup aimé ce post, vous imaginant grapiller et puis, il est très poétique, d’une poésie chargée d’une automne plus chagrin que d’autres, avec tous ces pesticides, beaucoup de CO2 et fukushima daiichi qui fuit, deverse sa merde dans la mer, tout ça…

    L’air devient de plus en plus nocif, même si je suis fumeur, c’est pour la nature que ça ne me plaît pas. Elle, ne choisit pas, ne peut pas choisir ce qu’elle ingurgite (les plantes), elle prend ce qui vient. Pour les animaux, malheureusement, nous voyons qu’ils ne sont pas si intelligent, en tout cas les oiseaux, parce que eux, choisissent, mais se trompent souvent entre un bouchon de plastique et un morceau de poisson. Nos déchets, qu’ils partent dans la mer ou l’atmosphère, nous devons les limiter, nous le savons et même si (Chine, USA) certains mauvais élèves ont fait des promesses, personnellement, je crois que nous disposons de très peu d’outils pour gérer la production de produits non-biodégradables, les industriels font beaucoup de promesses qu’ils ne parviennent pas à tenir, mais bon, ils ont des sous, alors, on se voile la face et on maquille… comme VW.

    Nous avons peut-être de la chance dans notre malheur, la planète vit avec nous, mais sans nous aussi et la couche d’ozone semble se reformer depuis l’interdiction des DDT.

    Avec sympathie,

    scourgeoffafnir

  2. Hélas très (trop) vrai…
    J’ai la chance d’être dans un coin « perdu » où je ne vois pas trop la monstruosité du monde moderne au quotidien (même si elle tente de gagner du terrain). Ça me permet de garder un bout de nuage rose dans ma tête (tout en sachant très bien que ce rose est artificiel), et de garder un brin d’optimisme et d’espoir.
    C’est un choix (certains diront que c’est le choix de l’autruche, tant pis pour moi^^), celui de me préserver un peu, celui de me ressourcer aussi pour avoir l’énergie de « porter la bonne parole » aux ados que je tente, avec mes petits moyens, de rendre responsables (par certaines « règles » expliquées, comme l’utilisation du verso des photocopies ratées et jetées par les collègues et/ou l’administration, ou comme l’interdiction du correcteur blanc bourré de solvants… à l’inverse de nombreux collègues, je ne pénalise plus les ratures depuis la généralisation de ces produits abominables), ou au moins conscients (car ce sont des proies faciles pour les menteurs professionnels que sont les publicitaires et autres médias), ou au moins capables de s’émerveiller encore un peu dans ce monde « pourri ».
    Amitiés.
    C.U.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s