Extrêmes

L’année 2016 aura été, météorologiquement parlant, une année bizarre, et j’ose espérer que c’est un « one off » plutôt qu’un présage des changements climatiques à venir.

L’été a été très chaud, ce qui n’est pas exceptionnel par ici. Ce qui est plus gênant, c’est le manque de pluie depuis le printemps. Résultat, le département a été placé en restriction de niveau 1 fin juillet, et de niveau 2 début septembre. Et quand on voit l’état de la végétation, ce n’était pas du luxe ! Herbe grillée, feuillus tellement desséchés que leurs feuilles étaient mortes dès le mois d’août, même les arbousiers et les chênes verts ont eu du mal à traverser l’été (et ils sont pourtant adaptés au climat). Le raisin, quant à lui, est à peine charnu (2016 sera donc un cru peu abondant mais, si les caves coopératives ne le coupent pas trop, de qualité – teneur mesurée à 16° ici). Les ruisseaux sont à sec, les cours d’eau au plus bas.

Et aujourd’hui, 13 octobre, nous voilà sous un épisode méditerranéen et cévenol intense, au point que le Préfet et le Rectorat ont décidé la fermeture des établissements scolaires dans tout le département (c’est inquiétant, quand on pense que lors des épisodes cévenols passés, cette mesure n’avait pas été prise, et même s’il est probable que les morts de l’automne 2015 soient à l’origine de cette décision, c’est la première fois que le département entier voit ses écoles fermer à cause d’une vigilance orange).

Alors, certes, cette pluie va en partie compenser la sécheresse, mais elle va surtout ruisseler, laver les sols et les appauvrir, arracher l’humus calciné par les incendies, la couche fertile craquelée par la sécheresse, les arbres fragilisés par le manque d’eau, l’herbe qui a eu du mal à survivre à l’été. On passe d’un extrême à l’autre, et ce n’est jamais bon…

Publicités

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Les Terres Rouges, Sorcière proto-celte, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s