Rathcroghan

01rathcroghanRathcroghan (en irlandais Ráth Crúachan, le “fort de Cruachan”) est un complexe archéologique irlandais situé près de Tulsk (comté de Roscommon). On considère qu’il s’agit du site de la capitale des Connachta (les dirigeants du territoire occidental à la préhistoire et au début de la période historique).

01complex1Situé sur les plaines du Connacht, Rathcroghan est l’un des six sites royaux d’Irlande. Le complexe s’étend sur plus de 6km² et est constitué de plus de 240 sites archéologiques, dont 60 sont des monuments nationaux protégés. Ces monuments ont été bâtis sur une période qui débute au Néolithique (-4000 à -2500) et va jusqu’à l’Age du Fer (-500 à 400).

Le complexe de Rathcroghan est mentionné assez fréquemment dans les manuscrits médiévaux irlandais. D’après un poème des Dindshenchas, il porte le nom de Crochen, la servante d’Étaín, une jeune fille du sídhe qui devint une mortelle. Lorsque Étaín est ramenée dans l’Autre Monde par son amant Midir, Crochen les accompagne. En chemin, ils passent du temps sur un fort appelé Síd Sinche et Crochen est si impressionnée qu’elle croit qu’il s’agit du palais de Midir. Pour la remercier de sa loyauté envers Étaín et de son respect pour ce fort, Midir lui en fait cadeau et le nomme en son honneur avant d’emmener Étaín à son palais, à Bri Leith. A la fin du poème, Crochen est mentionnée comme étant la mère de Medb.

Certains pensent que la reine Medb était une déesse locale de la terre et que, pour devenir roi, il fallait s’unir avec elle, l’inauguration ayant probablement lieu sur le ráth de Rathcroghan. Une autre suggestion concernant ce rituel se base sur ce que Giraldus Cambrensis observa, au 12e siècle : un rituel où l’on buvait de l’alcool et où on sacrifiait un cheval. Si tel est le cas, ce n’est probablement pas une coïncidence que la figure mythique la plus liée à Crúachan soit la reine Medb, personnification de la souveraineté, dont le nom peut être traduit comme “Celle qui enivre les hommes.”

01bullfightComme pour les autres sites royaux, il y a peu de références historiques ou d’éléments archéologiques permettant de prouver qu’il s’agissait d’une résidence royale ou d’une forteresse, comme le disent les mythes. C’était assurément un cimetière important et le nombre de tumuli ronds (ring barrows) va dans le sens des scribes. Dans le Lebor na hUidre (12e siècle), on dit de Rathcroghan que c’est le lieu où se déroule une des grandes foires d’Irlande, ainsi que l’un des trois grands cimetières païens. C’est aussi le lieu où l’on situe le siège royal de la reine Medb (Maeve), et celui où débute et se termine le récit épique du Táin Bó Cuailnge (la Razzia des Vaches de Cooley). Le combat final des taureaux se serait passé à Rath na Darbh.

Des descriptions précises de la capitale occidentale sont faites dans Fled Bricrenn (Le Festin de Bricriu), et dans le Táin Bó Fraích (8e siècle), on trouve cette description de la demeure de Medb et de son époux Ailill : “La demeure était faite de pin; sa toiture était faite de bardeaux. Il y avait seize fenêtres dans la maison, et un cadre de cuivre à chacune; un noeud de cuivre à travers le puits de lumière du toit. L’appartement de Ailill et Medb avait quatre poutres de cuivre, toutes ornées de bronze, et il était au centre exact de la maison. Deux rails d’argent en faisaient le tour, sous des dorures. A l’avant, un bâton d’argent atteignait les chevrons médians de la maison.

Ráth Crúachan03rathcroghanLe centre du complexe, Rathcroghan, est un monticule circulaire au sommet aplati, d’un diamètre moyen de 89m à la base et d’une hauteur de 5.5m. Des rampes inclinées, à l’est et à l’ouest, donnent accès au sommet, sur lequel on a trouvé les traces d’un monticule plus petit. Les recherches ont révélé que Rathcroghan avait été bâti sur un monument pré-existant, constitué de deux talus concentriques faits de pierres. Un immense fossé de 360m de diamètre et 5m de profondeur fut aussi découvert lors des recherches. Ce fossé entoure le grand monticule et plusieurs autres monuments, ce qui accrédite la comparaison avec les autres sites royaux, comme Tara, Emain Macha et Dún Ailinne.

02gradSur l’image ci-contre (gradiomètre magnétique), on voit le grand fossé circulaire et ce qui semble être une avenue cérémonielle, de forme trapézoïdale, à l’est. A l’intérieur de cette avenue, on voit deux tumuli ronds. Un double cercle de fosses, à peine visible, semble indiquer qu’une structure en bois se trouvait au sommet de Rathcroghan. Juste au-dessus de Rathcroghan, à 11h, on aperçoit un enclos circulaire, pourvu lui aussi d’une avenue.

Une nouvelle série de relevés est en cours depuis 3 ans. Le radar et le gradiomètre magnétique permettront sans doute de repérer de nouvelles structures.

Ci-dessous, une reconstruction de l’ensemble et une illustration par JG O’Donoghue.

rathcroghan_reconstruction

Ráth Mór01rathmoreLe nom de ce monticule se traduit par “Grand Fort”. Il est de forme convexe, avec un diamètre de 40m, et il est entouré d’un fossé de 7m de largeur. Les archéologues pensent qu’il remonte à la dernière phase de l’Age du Fer. Bien que ressemblant aux ringforts préhistoriques, il est considéré comme trop petit pour en être un. De possibles trous de poteaux ont été découverts au sommet, ce qui suggère qu’il y avait au sommet une structure circulaire en bois. Les relevés géophysiques indiquent des traces de foyers et de fours, ce qui tend à prouver que c’était un lieu d’habitation.

Ráth na Darbh01rathnadarve

Anglicisé en Rathnadarve, son nom signifie “Fort des taureaux”. Situé à l’ouest de Rathcroghan, c’est un ringfort circulaire possédant un talus conséquent et un fossé externe. Il y a plusieurs ouvertures dans le talus, celle du nord-est étant une entrée potentielle. Selon la tradition, c’est là que s’est déroulé le combat des taureaux Donn Cuailnge et Finnbennach relaté à la fin du Táin Bó Cúailnge.

Reilig na Rí

relignareeLa forme anglicisée est Relignaree et son nom signifie “cimetière des rois”. C’est un vaste enclos circulaire, d’un diamètre de 100m, entouré d’un talus de pierres de 1m de hauteur. A l’intérieur de l’enclos, il y a des traces d’un autre enclos circulaire, plus petit, de 48m de diamètre. Des fossés anciens, qui servaient à délimiter les champs, traversent le site, semblant le diviser en quatre quarts inégaux. Reilig na Rí pourrait être un site d’habitation du début de la période historique.

La Tombe de Dathí01tombofdathiCe serait la sépulture de Dathí, le dernier Haut Roi païen d’Irlande. C’est un tumulus entouré d’un fossé avec des entrées opposées à l’est et à l’ouest, le tout mesurant 40m de diamètre. La pierre levée, de grès brun, mesure 1.85m de haut. Les recherches n’ont mis à jour aucune sépulture, et les charbons découverts suggèrent une construction datant de -200 à 200, alors que le roi Dathí serait mort aux alentours de 429.

The Mucklaghs
01mucklaghsLe folklore raconte que ces structures de terre furent faites par un sanglier géant (muic signifie cochon). Ce sont des fossés accompagnés de talus qui forment deux courbes parallèles nord-est/sud-est, séparées de 78m. Le Mucklagh du nord est le plus court (100m de long) mais sa construction est plus massive. Le Mucklagh du sud mesure environ 280m. On ne connaît pas la fonction de ces deux fossés.

Ráth Beag01rathbegRathbeg, le “petit fort” est un tumulus rond entouré d’anneaux concentriques. Il est situé à 600m au nord-est de Rathcroghan. Il possède un fossé double sur trois côtés et triple sur le côté occidental. Il y a un cairn au sommet, également entouré de petits fossés et talus, ce qui donne à l’ensemble un aspect en terrasses. Le tumulus mesure 36m de diamètre.

Caiseal Mhanannán

01cashelmanannanAnglicisé en Cashelmanannan, ce “fort de Manannán” se compose des fondations oblongues de trois talus concentriques de terre et de pierre mesurant 1.5m chacun. Le diamètre interne est de 40m et le diamètre externe de 57m nord/sud et 63m est/ouest. Deux enclos rectangulaires y sont accolés, au nord et à l’est, chacun délimité par un fossé. Aucune fouille n’a été faite et on ne connaît pas la fonction du site.

Misgaun Méabh et Milleen Méabh
01medb02medb

Misgaun Méabh, une pierre de 2.9m, couchée au nord-ouest de Ráth Crúachan, marquerait la sépulture de la reine Medb. Cette pierre et une autre non loin, appelée Milleen Méabh (ci-contre), délimitent en fait l’avenue de 15m de largeur qui mène à Rathcroghan et semble se terminer à Flanagan’s Fort.

Uaimh na gCat (voir ici)
01oweynagcatLa grotte d’Oweynagat (grotte des chats) est une grotte naturelle prolongée, à l’entrée, par un souterrain fait par l’homme. A l’origine, ce souterrain se trouvait à l’intérieur d’un tumulus, mais il a été endommagé par la construction d’une route dans les années 1930. De nos jours, le visiteur trouve un souterrain de 3m de long et doit avancer pendant une dizaine de mètres dans la boue avant de pouvoir se tenir debout. Le passage étroit de la grotte mesure une quarantaine de mètres.

linteau2Il y a une inscription en ogham sur le linteau de pierre à l’entrée du souterrain ‘VRAICCI…MAQI MEDVVI’, qui signifierait “de Fraech, fils de Medb”. Fraech est un personnage du Táin Bó Cúailnge, associé à Medb et à Cruachan, ainsi qu’au monument de Carnfree (Carn Fraích). Une autre inscription en ogham, à peine visible, se trouve dans le passage ‘QR G SMU’, mais elle est trop incomplète pour être traduite.linteauLa grotte a des liens marqués avec la fête païenne de Samhain et elle est décrite dans les Dindshenchas comme étant la résidence de la Morrígan. A la période médiévale, on l’appelait “La Porte irlandaise de l’Enfer”. A Samhain, en effet, un certain nombre de créatures terribles émergent de la grotte : le Ellén Trechen, un monstre tricéphale qui se déchaînait dans le pays (avant d’être tué par Amergin) ; de petits oiseaux rouges qui faisaient faner toutes les plantes sur lesquelles ils soufflaient ; des troupeaux de porcs ayant des pouvoirs destructeurs semblables, mais aussi le pouvoir de disparaître ; enfin des chats sauvages magiques qui, dans Le Festin de Bricriu, sortent de la grotte pour attaquer les trois guerriers (et qui seront domestiqués par Cúchulainn). La Morrígan, elle aussi, émerge de la grotte à Samhain, sur un chariot tiré par un cheval roux à une jambe, en compagnie de créatures diverses.

galerie

Clochfadha
01clochfadhaLa “Pierre Longue” mesure 3.2m de haut et 0.5m de large. Elle est dressée au centre d’un tumulus rond de 35m de diamètre.

Sources : wikipedia, megalithicireland, voicesfromthedawn, irishtimes

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans Histoire et Préhistoire, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.