Samhain, Halloween, et tout le toutim

Bon, le 31 octobre est passé. Tout le monde y a été de son petit baratin sur Hallowe’en, Halloween, Allô-Ouiiine, Samhain, Samain, Samaïn, et j’en passe. Année après année, on rabâche les mêmes choses, on ressort les mêmes clichés, et la vieille sorcière proto-celte que je suis est agacée, dépitée, blasée… mais têtue et (déformation professionnelle), ne peut pas s’empêcher de faire son « petit » (mouais, enfin, ça risque d’être un peu long quand même) cours sur la chose, histoire de savoir de quoi on parle… et d’éviter les sornettes et balivernes qu’on peut croiser sur la toile (et même aux zinfos, des fois).

Donc, au départ, il y a la fête de Samhain. C’est un mot qui signifie (peut-être) « fin d’été ». Le terme irlandais samhain (en gaélique samhuinn, en manx sauin) vient de l’irlandais ancien samain, composé de sam– « été » et (probablement) –fuin, « fin. »(etymonline). L’orthographe moderne Samhain se prononce plus ou moins sowinn, avec une emphase sur la première syllabe (rien à voir avec « sa main », ce serait trop simple… ). On retrouve un terme apparenté dans le calendrier de Coligny, qui comprend un mois nommé SAMON[IOS], mois au cours duquel se déroule ce qui semble être une fête automnale, trinux[tion] samo[nii], c’est-à-dire les “trois nuits de Samain.” (digitalmedievalist).

Comme déjà publié ici :

On lit un peu partout que Samhain est le “nouvel an celtique”, mais en fait cette affirmation ne remonte qu’au 19e siècle et n’a jamais été écrite dans les sources littéraires. C’est John Rhŷs qui a affirmé que Samhain était le premier jour de l’année celtique car, selon lui :
1- D’après César, les Celtes considéraient que les jours commençaient la nuit, donc il semblait logique que leurs saisons donnent l’avantage à l’hiver sur l’été.
2- Selon Le Glossaire de Cormac, le dernier mois de l’automne était le dernier mois de l’année.
3- Des pratiques divinatoires avaient lieu à Samhain, car il est logique que les gens veuillent savoir ce que leur réserve l’année à venir
4- Dans les coutumes irlandaises, un feu est allumé à Tlachtga à Samhainn, à partir duquel tous les foyers d’Irlande sont rallumés – un nouveau feu pour la nouvelle année.

Sauf que… César a écrit “Les Gaulois (…) comptent les périodes de temps non par le nombre de jours mais par le nombre de nuits”. Il n’y a aucune mention explicite du fait que la nouvelle année soit située au début de l’hiver et, de toutes façons, César n’est pas exactement une source fiable. Cormac dit “Fogamur est le nom du dernier mois d’automne”, point. Les autres fêtes sont aussi l’occasion de pratiques divinatoires, bien qu’il y ait une emphase à Samhain, effectivement. L’histoire des feux de Tlachtga a été racontée par Keating au 17e siècle, et sa fiabilité est douteuse car c’est la seule source qui en parle. Dans la littérature mythologique, il n’y a aucun texte qui affirme que Samhain était le début de l’année. Le seul indice est que c’est la fête dont on parle le plus. La Courtise d’Emer nomme clairement les fêtes et les saisons  : “Samain, quand l’été va se reposer, (…) Imbolc, quand on trait les brebis au début du printemps; (…) Beltine au début de l’été et (…) Brón Trogain, l’automne de la terre attristée.” Le fait que Samhain soit mentionné en premier peut laisser supposer qu’il s’agit du point de départ de l’année. Toutefois, plus loin dans le récit, on trouve : “Car deux divisions étaient anciennement faites dans l’année, l’été à partir de Beltaine, et l’hiver de Samuin à Beltaine”. Si l’on prend en compte le fait que les Tuatha Dé Danann, d’après les textes, sont arrivés en Irlande un ‘Lundi au début du mois de mai’, on peut aussi bien assumer que Bealtaine était considéré comme le début de l’année. Il n’y a pas donc aucune certitude quant au nouvel an celtique.Il y a un élément surnaturel à Samhain (comme pour tous les Quarter Days, périodes de transition entre les saisons), c’est un moment liminal où les portes entre ce monde et l’Autre Monde sont ouvertes. Les habitants de l’Autre Monde errent librement dans le monde physique et représentent un danger, selon la croyance populaire, contre lequel il est indispensable de se protéger si on doit absolument sortir. Une de ces protections consiste à se déguiser : porter un masque, noircir son visage ou prendre une tout autre identité, pour empêcher les esprits de savoir qui vous êtes.

Les défunts rendent visite à leurs familles, et il est habituel de laisser nourriture et boisson pour eux lorsqu’on va se coucher, et idéalement, aucune porte de la maison ne doit être verrouillée, afin qu’ils puissent entrer à leur guise.

Voilà pour Samhain (ou Samain en vieil irlandais, mais sans tréma).

Comment cette ancienne fête irlandaise est-elle devenue l’Halloween états-unienne (parce que l’Amérique, c’est un continent, pas un pays) ? Eh bien, les traditions  de Samhain ont tout simplement fait le voyage depuis l’Irlande dans les maigres bagages des émigrants partis s’installer, de gré ou de force, aux Etats-Unis d’Amérique. Après la Rébellion Irlandaise de 1641, le Royaume d’Angleterre a commencé à expatrier les Irlandais les plus gênants vers le Nouveau Monde, où ils étaient en servitude consentie, un contrat engageant l’immigrant à travailler gratuitement pour un colon britannique en échange du voyage, du gîte et du couvert (l’employeur pouvant lui interdire de se marier, le vendre à un autre employeur, et le faire emprisonner en cas de fuite). Une nouvelle vague d’émigration forcée a eu lieu après l’invasion de l’Irlande par Cromwell (1649–1653), mais l’exode le plus connu est celui qui a suivi la Grande Famine (1845-1849), suite à l’apparition du mildiou qui détruisit presque intégralement les cultures de pommes de terre. Bref, tous ces Irlandais expatriés ont perpétué les traditions folkloriques de leur terre natale. Avec le temps, le pourquoi du comment de ces traditions s’est perdu, pour ne laisser que les légumes transformés en lanternes (citrouilles du Nouveau Monde au lieu des navets de l’ancien), les déguisements et les choses qui font peur (tradition qui se perd un peu aux USA, puisque les enfants peuvent aussi bien se déguiser en princesses, super-héros et autres pirates, en plus des fantômes et sorcières).

Le mot Halloween, quant à lui, est d’origine anglaise. C’est une altération de All Hallows Even, qui signifie littéralement « la veille de tous les saints », c’est-à-dire la veille de la fête chrétienne de Toussaint. Hallow est une forme archaïque du mot anglais holy et signifie saint, et l’archaïsme even a donné evening, le soir, et eve, la veille. L’orthographe Hallowe’en est encore parfois utilisée au Canada et au Royaume-Uni, e’en étant la contraction de even, devenue een.

Personnellement, je célèbre Samhain et le côté mouahaha d’Hallowe’en m’amuse, même si oui, c’est une fête commerciale (on parle des chrysanthèmes de Toussaint, des cartes, chocolats, cadeaux et réveillon de Noël, du réveillon du Jour de l’An, des cadeaux et repas de la Saint-Valentin, des fleurs et cadeaux de la Fête des Grands-Mères, des chocolats de Pâques, etc ? ) ; oui, ça vient des Etats-Unis (les chewing-gums et les jeans aussi… enfin les jeans, à la base, ça vient de France, un peu comme Samhain vient d’Irlande) ; oui, je sais que ce n’est pas une tradition française (et la corrida, on en parle ?)… Mais je m’en contrefiche, le grand débat annuel m’agace. Mais ce qui m’agace encore plus, c’est de voir des blogs/sites païens ressortir tous les ans les mêmes copiés-collés truffés d’âneries. Donc voilà, j’arrête là mon blabla, en espérant quand même que personne n’aura pris la mouche .

A propos Caitlín Urksa

Païenne, Celte de coeur, créature de la nuit et Ourse des montagnes ; artiste par plaisir, prof par obligation ; Sagittaire/Verseau, à la fois perfectionniste et désordonnée, les pieds ancrés dans la terre et la tête dans les étoiles.
Cet article, publié dans * Lunaisons & Saisons *, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.