Calendrier Proto-Celte

Aller directement à l’index en bas de page

J’ai commencé à réfléchir à un calendrier « personnalisé » relativement tôt, et je me suis donc lancée dans l’exploration du calendrier de Coligny dès 2013.

(Extraits de feue la page du 01/03/2013)

guillemetsLe calendrier a été reconstruit à partir du calendrier de Coligny, et redémarré par diverses personnes, dont Ray White, qui fait débuter l’époque actuelle (NCC) le 8 Octobre 1999. Cette date a été choisie parce qu’elle « correspond avec une nouvelle lune au moment du début de l’hiver européen. » D’après mes renseignements, toutefois, la nouvelle lune d’octobre 1999 a en fait eu lieu le 9 octobre. Puisque les calendriers lunaires démarrent habituellement un nouveau mois le lendemain* de la nouvelle lune, j’ai modifié l’époque au 10 octobre 1999, la première année de l’époque étant NCC1.
* Ceci est sujet à débat car le mois gaulois débutait au premier quartier, ou même au dernier quartier, et pas à la nouvelle lune. Cependant, j’ai choisi de m’en tenir aux conventions modernes et à considérer le mois comme débutant le lendemain de la nouvelle lune. guillemets2 Time Meddler (traduction)

guillemetsUn lustre de 5 ans comporte 2 mois intercalaires, le premier au milieu de la 3e année, après Cutios. Son nom était peut être Ciallos mais ce n’est pas certain. Le deuxième mois intercalaire du siècle intervient à la fin de la 5e année, après Cantlos. On ne connait pas son nom complet mais probablement sa première lettre D.guillemets2 David Romeuf (paraphrase)

L’année gauloise est luni-solaire (elle se base à la fois sur le cycle lunaire et sur le cycle solaire) : l’année lunaire a 12 mois de 29 ou 30 jours, ce qui donne une « année » de 354 jours. Pour parer au décalage avec l’année solaire de 365 jours, un mois intercalaire est ajouté tous les 2 ans et demi, ce qui ne fonctionne que sur le court terme.

Le calendrier gaulois fonctionne sur des cycles (« siècles, générations ») de 30 ans, divisés en périodes de 5 ans (lustres) contenant chacune 62 mois (60 mois normaux plus 2 mois intercalaires), à l’exception du 6e lustre, où il n’y a qu’un seul mois intercalaire (61 mois, donc). Il reste un décalage entre la durée moyenne de l’année dans ce calendrier et la durée de l’année solaire (365.2425 jours). Ce décalage a été corrigé par l’ajout de jours intercalaires.

Le souci est que, malgré toute ma bonne volonté, les explications données sur les deux sites pour les jours intercalaires me semblent particulièrement complexes, avec des mois qui prêtent parfois des jours à d’autres, des graphiques tarabiscotés, des hypothèses sur les terminaisons des mois qui voudraient dire que… bref, un vrai casse-tête. Personnellement, depuis que j’étudie ce calendrier, je me dis que les « savants » celtes, s’ils étaient certes très doués, ne disposaient pas des moyens techniques actuels et utilisaient la méthode empirique. Par ailleurs, leurs connaissances étaient transmises oralement, ne l’oublions pas.

Méthode empirique : En faisant un mélange de ces explications, et en essayant de conserver une certaine régularité (nécessaire pour la transmission orale), j’arrive à ce tableau:

calgaulois3Les 2 mois intercalaires de chaque lustre suivent globalement le schéma proposé : un après Cutios (Cuithe chez moi) année 3, un après Cantlos (Cadal chez moi) année 5, sauf lors du dernier lustre, où il n’y a qu’un mois intercalaire après Cutios année 3. A cela s’ajoutent des jours intercalaires, que je répartis comme suit : Equos (Eacha chez moi, qui semble avoir eu une durée variable) a 30 jours chaque année 1 du lustre et 29 jours les années 2 à 5; à l’exception du 6e lustre (lustre ne comportant qu’un mois intercalaire au lieu de 2), où Equos a 30 jours l’année 1 et l’année 5. Ce système, s’il n’est pas tout à fait précis (moyenne de 365.2333 jours par année au lieu de 365.2425), a au moins le mérite d’une certaine régularité : les années 1 ont toujours 355 jours, les années 2 et 4 ont toujours 354 jours, les années 3 ont toujours 384 jours, et seule l’année 5 présente une petite irrégularité (384 jours les 5 premiers lustres d’un cycle et 355 le 6e lustre). Après, on peut imaginer qu’un réajustement était effectué tous les x cycles pour éviter le glissement, mais n’oublions pas qu’on parle d’un réajustement toutes les x générations. Une petite manip avec mon tableur préféré et une première solution arrive : en ajoutant un 3e jour intercalaire au 6e lustre du 4e cycle (tous les 120 ans, donc), on arrive à 365.2417 jours, c’est à dire une différence de 0.1 jours, soit 144 minutes… Sur 120 ans, c’est relativement précis, quand même, je trouve, même si ça ne tient pas compte du fameux casse-tête des « mois prêteurs ».

Mon calendrier : Je reste, c’est un choix personnel que j’ai déjà expliqué, sur un début des mois à la nouvelle lune, sur les noms de mois « Pictish » (Samhain, Dumhain, Riúr, Naghaid, Uarain, Cuithe, Geamhain, Siúfain, Eacha, Eilmí, Aodhrain et Cadal, plus Eadrán, pour le mois intercalaire), et sur la date de départ de TimeMeddler (NL du 9 novembre -1036). Et comme les mots « année », « lustre » et « cycle » ne me plaisent pas, je vais leur donner un équivalent un peu plus celte (grâce à ces sources : MacBain et Armstrong) : pour année, bliad (protoceltique *bl(e)id-anī-, gaulois b(l)is , irlandais ancien bliadain, gaélique écossais bliadhna, breton bloavezh, bloaz (MacBain)) ; pour lustre, lusga (irlandais & gaélique écossais lusga (Armstrong)) ; pour siècle, génération, línn (irlandais ancien línn, lín (Armstrong))

Évolution sans révolution

Cela fait donc un peu moins de 3 ans que j’utilise ce calendrier et je dois dire qu’il me convient plutôt bien. Au quotidien, je n’utilise pas les dates complètes et, jusqu’à présent, je dois admettre que j’ai juste suivi les lunaisons en ajoutant des mois intercalaires quand le besoin s’en faisait sentir. Du coup, ça ne suit plus vraiment les beaux calculs ci-dessus (ça vous étonne ? vraiment ? ^^). Je vais continuer de façon empirique, d’abord parce que j’ai la flemme de refaire ce qui est fait. Et puis, franchement, à la fin du Línn 103, en 2043, j’aurai 78 ans, si j’y arrive (finitude, bonjour^^) … D’ici là, avec un peu de chance, je serai à la retraite et j’aurai tout le temps de recalculer (ou pas).

Línn 103 Lusga 1 : Bliad 1 (2015-16) ; 2 (16-17) ; 3 (17-18) ; 4 (18-19) ; 5 (19-20)

Línn 103 Lusga 2 :  Bliad 1 (2020-21) ; 2 (21-22) ; 3 (22-23) ; 4 (23-24) ; 5 (24-25)

Línn 103 Lusga 3 : Bliad 1 (2025-26) ; 2 (26-27) ; 3 (27-28) ; 4 (28-29) ; 5 (29-30)

Línn 103 Lusga 4 : Bliad 1 (2030-31) ; 2 (31-32) ; 3 (32-33) ; 4 (33-34) ; 5 (34-35)

Línn 103 Lusga 5 : Bliad 1 (2035-36) ; 2 (36-37) ; 3 (37-38) ; 4 (38-39) ; 5 (39-40)

Línn 103 Lusga 6 : Bliad 1 (2040-41) ; 2 (41-42) ; 3 (42-43) ; 4 (43-44) ; 5 (44-45)

Publicités