Les Dieux

Quelques divinités, principalement celtes (mais pas uniquement), auxquelles il m’arrive d’adresser des prières et des offrandes.

An Morrígan An Dagda An Cailleach
Bríd Lugh Epona
Dana-Ana Taranis Áine
Grande-Ourse

000latenedivLe Peuple des Tertres

aos_sidhe01Le Aos Sí (prononcé [ayoss shii], graphie ancienne Aes Sídhe, prononcé [ess shiieu]) est un des aspects les plus importants du folklore celtique. Aos signifie peuple, et signifie les tertres. Dans les textes anciens, le Sidh désignait les palais et résidences habités par les êtres fantomatiques. Le terme prit ensuite le sens de tertre ou de tumulus, en référence aux cairns et collines où le peuple féérique est supposé résider. Dans la littérature, le peuple des collines est aussi désigné par daoine sídhe en Irlande, et daoine sìth dans les textes écossais. Les Dieux mythologiques sont généralement considérés comme faisant partie du peuple du Sidhe, mais pour ma part, je fais une distinction entre les divinités et les autres êtres surnaturels.

Le peuple du Sidhe n’a pas grand chose en commun avec les représentations modernes des êtres féériques : ils ne sont pas minuscules et n’ont pas d’ailes (c’est au 16e et 17e siècles, dans l’Angleterre Elizabéthaine, que les fées sont devenus sympathiques et ont acquis des ailes) : au contraire, les créatures du Sidhe sont, dans la plupart des cas, plus grandes que leurs équivalents de ce monde. Il y a de fortes superstitions sur le fait qu’il ne faut pas les nommer directement. Aussi existe-t-il de nombreux euphémismes comme le Peuple des Collines (Aos Sidhe, Daoine Sidhe), les Brillants, le Bon Peuple (Fair folk), les Bons Voisins (Good Neighbors), la Bonne Famille (Tylwyth Teg, prononcé [terlouth teï], etc.

Selon Robert Kirk, dans La République mystérieuse : Des elfes, faunes, fées et autres semblables (c. 1692), le peuple du Sidhe semble organisé d’une manière comparable à la société humaine, avec des dirigeants et des lois, des tribus, des mariages et enfants, et des décès. Il les décrit comme relativement néfastes et dangereux, et craints par la population locale, qui respecte différents tabous et rituels quotidiens afin de se prémunir de leurs malices. Au mieux, ils interagissent avec les humains sans égard pour les conséquences de leurs action, ou en s’amusant du chaos qu’ils créent dans les vies des mortels. Au pire, ils font tourner le lait, tuent le bétail, kidnappent des humains pour les exploiter, les torturer ou pire. Construire quelque chose près d’un tertre est une très mauvaise idée. S’aventurer seul dans un marais est un appel à l’enlèvement. Leurs danses envoûtent tout humain passant par là, pour le faire danser jusqu’à l’épuisement ou la mort. ils peuvent s’enticher d’un humain, mais au mieux, c’est l’affection qu’un humain a pour son animal domestique, ou celui qu’un collectionneur a pour un timbre… ou l’amour qu’un tigre a pour un steak… et on ne parle pas du pire. Il existe donc toute une batterie de superstitions pour éloigner les êtres féériques, ou pour les apaiser. Le fer les fait fuir, le sel les empêche de voler les bébés, et beaucoup de gens laissent une offrande de lait et de nourriture à l’extérieur, la nuit, pour éviter les ennuis.

Humanoïdes

La Bean Sidhe, le Dullahan, la Leannán Sidhe, le Leprechaun, le Clurichaun

Animaux

Le Púca, le Cat Sidhe, le Cú Sidhe, le Kelpie, …

2 commentaires pour Les Dieux

  1. P-N dit :

    On doit leur faire des sacrifices humains aussi, comme chez les celtes?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s