Dana-Ana

000arrowback
sources principales : lagrangeducherchant, en.wikipedia, fr.wikipedia

Dans la mythologie celtique irlandaise, Dana (irl. moderne [ˈd̪ˠanˠə]; on trouve aussi la graphie Danu [ˈdanu]) est la déesse primordiale, la mère des Tuatha Dé Danann (le peuple de la déesse Dana), qui sont les divinités des Celtes avant la christianisation de l’île. Dans le Glossaire de Cormac (Sanas Cormaic, manuscrit du 10e siècle de l’évêque Cormac de Cashel), elle est aussi appelée Ana et Anu.

Elle est à l’origine de l’installation de son peuple en Irlande, alors qu’il vivait auparavant dans les quatre îles au nord du Monde (nommées Findias, Gorias, Murias et Falias, où ils avaient acquis leurs pouvoirs divins et appris à composer des poèmes. Ils amènent avec eux les quatre possessions les plus précieuses au monde : de Findias, l’invincible épée du roi Nuada, à laquelle nul ne peut échapper ou survivre ; de Gorias, la lance magique qui trouve toujours sa cible, rayon du dieu solaire Lugh ; de Murias, le chaudron magique qui nourrit tout homme sans jamais se vider, propriété du dieu protecteur Dagda ; et, de Falias, la Lia Fail ou pierre magique du couronnement, qui crie lorsque le roi légitime la touche – Lebor Gabala Erenn, Livre des Invasions de l’Irlande).

Le théonyme est Proto-Indo-Européen, et semble avoir désigné à l’origine une déesse des eaux. Les toponymes Danube, Dniestr, Dniepr et Don, qui désignent tous des fleuves, viennent de ce même mot. Le Proto-Indo-Européen *dānu signifiait probablement « eau fluviale, eau vive ». Le mot proto-celte dano signifie « don, cadeau » (au passage, je remarque que le mot « don », en français, est étrangement proche de la racine proto-celte), tandis que Dhanu semble avoir signifié « rapide ».

Danu est une déesse pan-celtique, souvent liée à l’eau (rivières, lacs, sources, océans, etc.) et qui était un symbole de fertilité et d’abondance. Selon certains écrits (Danu n’a pas de mythe précis relaté dans la littérature irlandaise médiévale, mais des parallèles existent avec la figure mythique Dôn, du Mabinogion gallois), il serait dit qu’à l’aube des temps, c’est Dana/Anu qui a arrosé le chêne Bilé depuis les cieux, provoquant ainsi l’apparition de la vie sur la Terre. On est donc bien, ici, dans un rôle de déesse primordiale, « mère du monde » via les eaux nourricières (et on sait que la vie est liée à l’eau).Elle est souvent associée au bétail et à la santé, à la période de Midsummer (fin du printemps – début de l’été), et apparaît souvent sous la forme d’un cygne (comme beaucoup de déesses celtes, qui sont très souvent des déesses rivières, d’ailleurs).

Le culte de la Déesse gauloise Anna (Dana, Danu, Ana, Anna, Anu, Dôn ou Danann) est probablement antérieur à l’arrivée des peuples indo-européens. Il y a des raisons de penser qu’elle pourrait avoir un lien avec la déesse mégalithique. En Gaule celtique, la Diane gallo-romaine fut la déesse la plus vénérée, probablement à cause d’une confusion avec Diva Ana dont le nom est prononcé, en bas-latin, «divouana». Le culte d’Anna, très vivace en Bretagne, s’est retrouvé plus tard dans le culte chrétien à Sainte Anne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.