Celtibères et Almériens

Préambule

Cela fait quelque temps déjà que je cherche des informations sur la protohistoire de la région où je suis née et où je vis (Languedoc en général, Hauts Cantons et vallée de l’Orb en particulier) et, parallèlement, des régions dont la branche espagnole de ma famille (côté maternel) est originaire. Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis mes années fac, j’ai une attirance forte pour tout ce qui touche au monde celte (et aux mégalithes, même si les deux ne sont pas tout à fait liés) que je me dis que, quelque part, il doit y avoir quelques gouttes de sang celte, fortement dilué certes, mais suffisamment pour provoquer des réactions « tripales ». Bien sûr, j’aurais bien aimé avoir un ancêtre breton, britannique ou irlandais, mais ce n’est pas le cas, et je n’ai ni l’intention ni l’envie de renier la part de sang espagnol qui coule dans mes veines.

Je réutilise ici un des 3 articles précédemment publiés sur la Caverne (« Pistes protohistoriques » épisode 1), pour essayer de rassembler les infos en ma possession, et pouvoir continuer ensuite.

LES CELTIBÈRES

Les Celtes sont arrivés dans la péninsule ibérique au cours du 13e siècle avant l’ère chrétienne. Au cours du 7e siècle, ils se déploient dans certains secteurs de la Meseta, au Portugal et quelques groupes atteignent la Galice. Les archéologues datent souvent l’apparition d’une culture Celtibère, différenciée de celle des Ibères au début du second Age du Fer. Cette culture présente beaucoup d’affinités avec la culture des Ibères, les peuples celtes s’étant « ibérisés » par syncrétisme.

allez hop, une petite carte

allez hop, une petite carte

Les Celtibères, pour la plupart, se consacraient à l’agriculture et n’enterraient pas leurs morts, mais brûlaient les corps, puisque dans leurs villages on a trouvé des nécropoles d’incinération. Les restes étaient déposés dans des grottes, sur des tombes d’abord et plus tard dans des urnes.

On ne sait que peu de choses sur la religion de ces peuples, dont le panthéon se divise en trois catégories non exclusives :

– Les divinités à caractère astral (comme la plupart des religions indo-européennes) : parmi les plus importants pour ces peuples, ceux du Soleil et de la Lune.
– Les grands dieux celtes, comme en Gaule et en Bretagne. Lug/Lugus semble avoir été le culte le plus important. Les Matres déesses de la fécondité, de la terre nourricière et des eaux, étaient également des divinités importantes.
– Les divinités mineures, avec un culte probablement local, et une origine animiste liée à des éléments naturels (monts, forêts, etc): très abondants, ce sont les cultes les plus représentés.

D’après ce que je sais, une partie de ma lignée maternelle vient de la région naguère occupée par les Contestani, et une autre partie vient de la région à la frontière entre le territoire des Sedetani et celui des Belli. Évidemment, mon arbre généalogique ne remonte pas à la protohistoire, mais ça satisfait la case « celte » de mon cerveau.

18 Naghaid

L’ÉCRITURE CELTIBÈRE

Cette écriture est une adaptation presque directe de l’écriture ibérique aux particularités de la langue celtibère. Elle présente des signes à valeur syllabique et des signes alphabétiques : ce n’est ni un alphabet, ni un syllabaire, mais une écriture mixte (généralement qualifiée de semi-syllabaire). L’écriture celtibère possède deux variantes, l’une orientale (26 signes), et l’autre occidentale (35 signes). Cette écriture, de même que son modèle d’origine, s’écrit de droite à gauche. Elle fut en usage dans la vallée de l’Ebre et vers les sources du Tage et du Douro, qui correspondent au territoire des Celtibères.

ecritceltiberecritceltiber2

Je réutilise ici un des 3 articles précédemment publiés sur la Caverne (« Pistes protohistoriques » épisode 2), pour essayer de rassembler les infos en ma possession, et pouvoir continuer ensuite.

MÉGALITHES ET ALMÉRIENS

En m’intéressant à l’Espagne et son peuplement celtique, évidemment, j’ai cherché des mégalithes. Je sais très bien que la civilisation des mégalithes était antérieure aux Celtes, mais comme les deux m’intéressent fortement et que j’ai ma petite théorie personnelle, il fallait que je vérifie. Allez, un petit tour par les cartes, parce que c’est plus parlant.

megalithesmegalithesiberie

La « mode mégalithique » apparaît dès le début du 5e millénaire, un peu partout sur la façade atlantique de l’Europe. Le mégalithisme se répand d’Ouest en Est du néolithique au chalcolithique (de -4700 à -1500 environ). Sur ces deux cartes, le rose signale les régions où les mégalithes sont les plus anciens, et le bleu celles où ils sont les plus récents. Sur la péninsule ibérique, le mégalithisme prend naissance sur la côte atlantique et se diffuse vers l’Est le long des côtes. Les points rouge foncé montrent les principaux sites mégalithiques de la péninsule, et on peut constater que le centre n’est pratiquement pas concerné par la « mode des mégalithes ».

LA CULTURE D’ALMERÍA

Les proto-Almériens sont des éleveurs plus ou moins nomades de boeufs, porcs, chèvres et moutons. Au 6e millénaire avant JC., l’Andalousie voit l’arrivée des premiers agriculteurs, et dès le début de la période néolithique les premiers dolmens sont construits (vers -4800). Ce sont peut-être les premiers du genre. Au début du Chalcolithique (-3000), il y a expansion du mégalithisme. Vers -2600, les premières communautés urbaines commencent à apparaître, l’une des plus importantes étant Los Millares (village préhistorique situé à Santa Fe de Mondújar, à 17 km d’Almería). La culture campaniforme commence à apparaître vers -2150 et, aux environs de -1900, elle développe une variante locale ibérique (style almérien) à Los Millares.

almeriamap

L’Age du Bronze se situe, dans le Sud-Est, aux environs de -1800. A la civilisation de Los Millares succède celle d’El Argar, sans discontinuité ou presque à part le déplacement du centre urbain principal à quelques kilomètres au Nord. Puis, vers -1300, La culture d’El Argar disparaît.

oc02Les Almériens adoraient une ou des déesses, qu’ils représentaient par des statues-menhirs à colliers. A l’Age du Bronze, elles sont remplacées par de nouvelles stèles-menhirs représentant un dieu guerrier (probablement sous l’influence des Celtes Lusitaniens) et les Almériens, repliés dans le sud-ouest, utilisent alors des ‘idoles-plaques » en schiste.
oc01Plus à l’est, ils tombent sous l’influence des Pélasges et ils commencent à symboliser leur déesse: elle n’est plus représentée que par ses yeux de hibou (« signes oculés »).

poterie oculée Los Millares

poterie oculée Los Millares

trésor de Villena (El Argar) - tiens, des p'tits points...

trésor de Villena (El Argar) – tiens, des p’tits points…

sources : ce site, wikipedia et recherches sur de multiples sites espagnols

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.